Chaque jour, une épave : 30 avril 1946, le sous-marin HMS Stubborn, à Malte

0

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

HMS Stubborn était un sous-marin de classe S de la Royal Navy anglaise. Il a été construit par les chantiers Cammell Laird de Birkenhead (Grande Bretagne) et lancé le 11 novembre 1942. Il a été le seul navire de la Royal Navy à porter le nom Stubborn (en français : Obstiné). Long de 66 mètres et large de 7 mètres pour 3,4 mètres de tirant d’eau, il était propulsé par 2 moteurs diesel de 1900 cv sur deux hélices en surface à une vitesse de 15 nœuds et 2 moteurs électriques en plongée. Il était armé de 13 torpilles de 533 mm, partagées entre 6 tubes lance-torpilles à l’avant et un tube à l’arrière. Il possédait en outre un canon de 76 mm sur le pont avant, un canon de 20 mm dans la « baignoire » (à l’arrière du kiosque) et 3 mitrailleuses de 7,5 mm.

Entré en service opérationnel en janvier 1943, le Stubborn a passé la guerre dans les eaux européennes, opérant au large de la côte scandinave avant d’aller en Extrême-Orient. Si son temps de vie a été de courte durée, sa carrière militaire a été, elle, bien remplie.

Lors d’une patrouille dans le golfe de Gascogne, le 2 juillet 1943, le Stubborn a lancé 6 torpilles sur un groupe de trois sous-marins allemands (U 180, U 518, U 530) escortés par deux destroyers. Les torpilles ont raté leurs cibles. Les deux escorteurs ont été identifiées par le Stubborn comme étant des destroyers de classe Narvik, le Z-24 et le Z-32. Les sous-marins allemands revenaient de patrouille et se dirigeaient vers Bordeaux.

Le 18 décembre 1943, le sous-marin participa à l’attaque d’un convoi ennemi près de Kya, en Norvège, sans succès. Le 26 janvier 1944, il attaqua un navire norvégien battant pavillon allemand, le Kong Dag, près de Follafjord, mais le manqua.

Le Stubborn attaqua de nouveau un convoi allemand, toujours au large du Follafjord, à l’ouest de Namsos, le 11 février 1944. Cette fois-ci il réussit à couler le cargo allemand Makki Faulbaums et endommagea le cargo allemand Felix à quelque 25 miles nautiques au nord-ouest de Namsos.

Deux jours plus tard, le 13 février, il a lancé une attaque infructueuse contre un convoi allemand de 5 navires au large du Fjord Folda, toujours en Norvège. Le Stubborn a tiré six torpilles, mais aucune n’a trouvé sa cible. Le stubborn de son côté, a été lourdement endommagé par les navires d’escorte allemands. Ceux-ci ont lancé plusieurs dizaines de grenades sous-marines qui ont explosé tout près du submersible, endommageant le gouvernail, perçant un ballast et détériorant son hélice tribord. Lors de ce grenadage, le Stubborn est descendu à 150 mètres pour éviter les charges explosives, jusqu’au moment où son capitaine, le lieutenant A. Duff a été ordonné de remplir d’air le ballast principal pour ramener le sous-marin plus près de la surface. N’ayant pas réussi à se stabiliser dans la zone des 50 à 100 mètres, le Stubborn a finalement percé la surface. Le capitaine s’aperçut alors qu’il n’était pas suivi par les navires allemands qui se trouvaient à plus de 2 milles nautiques de lui. Il décida néanmoins de replonger mais n’arrivant pas à stabiliser le submersible à l’aide des ballast, celui-ci finit par se poser au fond, à une profondeur de 170 mètres. Dix nouvelles explosions se firent entendre, non loin de là. Finalement, les Allemands ont cessé l’attaque et le Stubborn a alors chassé l’eau de son ballast principal, mais le sous-marin ne bougeait pas. À la deuxième tentative, le sous-marin bougea enfin et réussit à remonter jusqu’en surface où le jour commençait à décliner.

A la suite de son attaque en Norvège, le Stubborn, très endommagé, est remorqué

Il prit ensuite le chemin de sa base pour procéder aux réparations nécessaires, considérablement gêné par les dommages subis et encore plus gêné lorsque le gouvernail s’est complètement détaché. Mais la chance souriait au Stubborn, qui a fini par rencontrer les destroyers HMS Swift et HMS Meteor et a été remorqué jusqu’au port de Lerwick, son équipage agissant comme contrepoids pour maintenir l’assiette du sous-marin devenu dangereusement instable. Il a ensuite été envoyé à Devonport pour des réparations majeures, où le Capitaine Alastair Mars, commandant du sous-marin HMS Thule, l’a vu et l’a décrit ainsi:

“J’ai rencontré Duff après son arrivée et examiné le Stubborn dans la cale sèche. Il a donné l’impression d’une poitrine de squelette, car ses membrures saillaient tandis qu’entre elles, ses plaques d’acier avaient été pressées vers l’intérieur, formant des courbes concaves. On peut remercier les hommes qui l’ont construit pour sa solidité…”

Le Stubborg à son arrivée à Malte où sa carrière a pris fin

Le Stubborn a été transféré en avril 1945 vers l’Extrême Orient, du côté Pacifique, sous les ordres du Lieutenant A.G. Davies, où il a eu une brillante carrière jusqu’à la fin de la guerre. Il a notamment coulé le patrouilleur japonais Patrol Boat No.2 (l’ancien destroyer Nadakaze) dans la mer de Java. A bord du sous-marin revenu en surface, la tension était extrême et l’un des survivants du naufrage ayant eu un comportement jugé « suspect », fut abattu dans l’eau. Au vu de l’agressivité des naufragés, le lieutenant Davies ordonna d’abattre tous les survivants et fit mettre en batterie une mitrailleuse sur le pont du sous-marin. Mais l’arrivée d’un avion permit d’éviter le carnage, forçant le Stubborn à s’immerger en urgence avant d’avoir pu tirer. Quand il remonta en surface, il ne trouva plus un seul survivant…

Dessin de la position de l’épave du Stubborn

Le Stubborn ensuite coulé un voilier japonais et un petit bateau armé japonais non identifié, puis a endommagé une barge de débarquement près de Bali, avant de revenir en Australie en août 1945. En octobre, il entama son retour vers les eaux Méditerranéennes, via l’océan Indien avec une escale à Colombo, au Sri Lanka. En janvier 1946, le Stubborn termina sa carrière à Malte, sans même regagner sa patrie. A la suite des dégâts occasionnés lors de l’attaque qu’il avait subie en Norvège, le submersible faisait preuve d’un comportement anormal en plongée et sa manœuvre était délicate. Il attendit d’être fixé sur son sort dans le port de La Valette, jusqu’au 30 avril 1946 où il fut finalement coulé au nord-est de l’île pour servir de cible Asdic pour l’entraînement des navires de guerre.

Aujourd’hui, le Stubborn est toujours posé relativement droit à 57 mètres de profondeur, à environ 3 milles nautiques au nord-est de la baie de St Paul à Malte, aux coordonnées : latitude 35° 58’ 950 N et longitude 14° 26’ 767 E. Pour atteindre l’épave, un bateau est nécessaire. Normalement la visibilité est assez bonne : plus de 35 mètres. Après une descente de 25 mètres en pleine eau, l’épave devient visible sur toute sa longueur. Elle est située sur un fond sablonneux et la coque est intacte. La trappe est ouverte et permet d’y pénétrer, bien qu’il soit alors nécessaire de décapeler le bloc de plongée pour passer l’entrée étroite. Une plongée profonde réservée aux plongeurs confirmés.

Lien vers vidéo Youtube de Konrad Dubiel :

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.