Publicité

Par Paul Poivert – Photos S. Redoutey/fond d’archives Octopus sauf mention contraire

Le monde des spéléonautes a perdu l’une de ses grandes figures, le 12 juillet 2019 au cours d’une plongée dans la grotte de la Mescla, dans l’arrière-pays niçois. Retour sur la vie de Sylvain Redoutey, un personnage qui a marqué l’histoire récente de l’exploration souterraine…

Il s’appelait Sylvain. Sylvain Redoutey. Par association avec son nom, certains de ses amis proches le surnommaient affectueusement Sylvain « le redoutable ». Pourquoi ? Parce que ce garçon d’apparence si simple et accessible, discret et réfléchi, très apprécié par toutes les personnes qui avaient l’occasion de le rencontrer, était en fait l’un des personnages clés de l’exploration spéléonautique française. Capable d’effectuer les plongées souterraines les plus audacieuses, dans les conditions les plus difficiles, à des profondeurs absolument pas raisonnables. Mais il était aussi un technicien hors-pair, qui depuis plus d’une vingtaine d’années, effectuait ces explorations de l’extrême avec des équipements qu’il avait à cœur de mettre au point lui-même, avec toujours en ligne de mire le souci du moindre détail dans la préparation de ses expéditions et aussi une obsession de la sécurité. Très loin de l’image de « tête brûlée » qu’on aurait tendance à attribuer à ces héros de l’extrême, il était plutôt du genre à placer tous les atouts de son côté.

Sylvain avec son fameux double recycleur RS2, de sa propre fabrication

Mais, le risque zéro n’existant pas, Sylvain, l’expert entre les spécialistes de cette difficile discipline qu’est la plongée souterraine, a perdu la vie le 12 juillet 2019 en fin de journée au cours d’une immersion dans la grotte de la Mescla, à Malaussène, dans les Alpes-Maritimes.

Les circonstances exactes de cet accident mortel restent à être déterminées précisément par l’enquête de Gendarmerie, l’expertise et l’autopsie. Lorsque l’accident est survenu dans le deuxième siphon du cours d’eau souterrain, Les deux équipiers qui accompagnaient Sylvain dans cette immersion ont tenté de le ramener. Dans l’urgence de la situation, ils ont atteint une zone exondée où ils ont pratiqué un massage cardiaque pendant près d’une heure avant de se résoudre à le laisser là pour aller alerter les secours. Le corps de Sylvain a été extrait par des plongeurs du Spéléo Secours Français (SSF) le lendemain, samedi 13 juillet, après les constatations d’usage par les autorités. Très dure opération pour les membres du SSF car Sylvain était l’un d’eux…

Qui était Sylvain Redoutey ? Né en 1964 en région Franc-Comtoise, militaire de carrière avec 36 ans de service actif, Sylvain, 54 ans, était adjudant-chef au 25eRégiment du Génie de l’Air à Istres (13).  Par son expérience militaire, Sylvain avait hérité de cette grande rigueur qui accompagnait la préparation de toutes ses expéditions. 

Publicité

Après les nombreuses OPEX (opérations extérieures) auxquelles il avait participé, Sylvain s’était vu décerner une douzaine de décorations, dont la prestigieuse Médaille Militaire. Un sous-officier très apprécié, autant par sa hiérarchie que par ses subalternes pour ses qualités humaines indéniables, son abord facile, sa bienveillance et son sens de la pédagogie.

Sylvain Redoutey était un militaire de carrière très apprécié et décoré notamment de la prestigieuse Médaille Militaire (1ère en haut à gauche) – Photo 25eRégiment du Génie de l’Air

Sylvain avait débuté en plongée spéléo vers l’âge de 20 ans. Très épris de technique et soucieux de faire progresser les conditions de sécurité à mettre en œuvre dans cette activité qui ne tolère pas l’amateurisme, il avait poursuivi son perfectionnement jusqu’à participer à de complexes explorations. Ainsi en 1997, il atteignit la profondeur de 195 mètres en scaphandre à circuit ouvert dans la célèbre résurgence de Fontaine de Vaucluse. C’est alors qu’il commença à s’intéresser au perfectionnement des équipements et qu’il travailla à la mise au point ses premiers appareils recycleurs, spécialement adaptés à la plongée souterraine. 

En 2003, Sylvain franchissait le premier siphon de la difficile grotte de la Baume des Anges, à plus de 100 mètres de profondeur. Peu de temps après, il explorait la légendaire résurgence du Goul de la Tannerie, à Bourg-Saint-Andéol en Ardèche, atteignant la profondeur de -180 mètres avec un double recycleur de sa fabrication, le « RS ». 

L’année suivante, en 2004, Sylvain repoussa le terminus du Goul de la Tannerie à plus de 1200 mètres de l’entrée, à -200 mètres de profondeur, lors d’une plongée qui dura près de 21h. Là encore, les recycleurs de sa fabrication ont fait merveille.

En 2007, Sylvain s’attaqua à un site extrêmement complexe, la grotte de la Baume des Anges (Vaucluse) où il mena une plongée multi-siphons et multi-profils pour atteindre le quatrième siphon, à plus de 2100 mètres de l’entrée (dont 1800 mètres noyés et 3 passages exondés) avec un point bas à -95 mètres. Pour ce faire, il enchaîna 8 profils de plongée successifs : 65 minutes à 95 mètres au premier siphon, suivi de 15 minutes à -41 mètres au second, puis 134 minutes à 68 mètres au troisième et enfin commencer l’exploration du quatrième siphon sur une trentaine de mètres à -10 mètres pendant 4 minutes, avant d’entamer le retour : 90 minutes à -69 mètres, puis 13 minutes à -43 mètres et enfin 68 minutes à -95 mètres, avant de revoir la lumière du jours après 9h d’immersion et de progression souterraine. Cette exploration extrêmement complexe fut parfaitement menée, sans aucun incident. Sylvain utilisait notamment son double recycleur RS2, ainsi qu’un troisième recycleur de sécurité aux paliers, le RS3, tous de sa fabrication.

Peu enclin à la « recordite », il passa les années qui ont suivi à perfectionner ses équipements et à effectuer des explorations certes moins spectaculaires, mais toujours dans cet esprit d’explorateur qui le caractérisait. Il affectionnait aussi de plonger sur des sites qu’il connaissait bien, comme la grotte du Frais Puits où il en profitait pour tester son matériel, ou bien il participait au « rééquipement » des cavités fréquentées par de nombreux spéléos afin de les sécuriser.

Sylvain (en milieu) en compagnie de ses compagnons d’exploration à la Baume des Anges

Après un séjour professionnel à la Réunion, il avait repris dès son retour en métropole ses activités souterraines. Ainsi en 2016, il participa en tant qu’assistant à l’exploration de pointe de la grotte de la Mescla menée par Fred Swierczynski à -267 mètres.

Toujours soucieux d’assurer une sécurité maximale lors de ses plongées d’exploration, Sylvain mettait aussi son impressionnante expérience à la disposition de la collectivité en participant au Spéléo Secours Français (SSF), association chargée d’organiser et mener les secours complexes en milieu souterrain. Il a ainsi participé aux opérations de secours suite à la disparition de plongeurs, notamment en 1997 lors de la disparition de Denis Sirven à Fontaine de Vaucluse, ainsi qu’au Bief Goudard en 1998 lors du décès d’un plongeur belge et celui d’un plongeur sapeur pompier participant aux secours, Nicolas Maignan. Il répondait toujours présent aux appels lors de situations difficiles ou d’accidents, comme au Ressel en 2009 où un plongeur a perdu la vie, ou plus récemment en 2017 à la résurgence de Font Estramar pour extraire le corps d’un plongeur finlandais.

Ces derniers temps, Sylvain continuait à perfectionner ses équipements, notamment à mettre au point deux nouveaux recycleurs latéraux à circuit fermé, qu’il avait testés lors de plongées dans la résurgence du Goul du Pont. Mais surtout, depuis son séjour à la Réunion, ils s’intéressait à la vidéo sous-marine et travaillait activement sur des projets de films ayant pour thème, bien sûr, la plongée souterraine…

On pourra conclure de ce dramatique événement que, même pour les meilleurs, dans les activités extrêmes comme dans la vie de tous les jours, nul n’est à l’abri d’un accident.

Sylvain Redoutey présentait son recycleur RS2 au Salon de la Plongée 2003, en compagnie d’Olivier Isler, premier grand spéléonaute à avoir fabriqué un recycleur d’exploration. Photo Yvan Chocoloff

Toutes les personnes qui ont connu Sylvain peuvent être sûres que pour lui, ce n’est pas une fin, mais le début de l’ultime exploration vers un monde inconnu… Sylvain, l’insatiable explorateur, le soldat qui a consacré sa vie à la protection de son prochain, continuera toujours à ouvrir la route dans l’esprit de ses successeurs. La rédaction de Plongée Infos adresse son soutien à sa famille, son épouse et ses trois filles.

Les obsèques de Sylvain Redoutey auront lieu le mercredi 24 juillet à 11h30 au crématorium d’Aix-en-Provence. 

Une cagnotte a été ouverte sur le site Leetchi afin de soutenir la famille de Sylvain Redoutey dans cette dramatique épreuve. Un juste retour pour celui qui était toujours prêt à aider… http://www.leetchi.com/c/redoutey-sylvain

Lien Vidéo Youtube : L’une des dernières plongées de Sylvain Redoutey dans la grotte de la Mescla, le 24 juin 2019, filmé par Arthur Establie. C’est dans cette même grotte qu’il a perdu la vie deux semaines plus tard…

2 COMMENTAIRES

  1. Depuis les classes (82/10) à Compiègne à la 45ème CRGA à Istres, puis le 25ème RGA, j’ai apprécié ton amitié. je ne t’oublierai pas mon ami. Gabon L.

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.