Chaque jour, une épave : 29 décembre 1940, le Proteus, duel meurtrier

0

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

C’était un 29 décembre 1940… Nous voyageons du côté de la mer Adriatique pour une attaque qui a mal tourné pour les deux parties. Bataille qui envoya par le fond le sous-marin grec Proteus et un navire italien, le Sardegna, qui faisait partie d’un convoi de transport de troupes dans le détroit d’Otrante.

Le Proteus était un des quatre sous-marins de la même classe, les autres étant Glafkos, Nirefs et Triton. Construit en France par At. & Ch. de la Loire à Nantes en 1927 pour le gouvernement grec, il mesurait 68,6 mètres de long et 5,7 mètres de large pour un tirant d’eau de 4 mètres. Equipé d’un moteur diesel de 1420 cv qui le menaient à 14 nœuds en surface, ses batteries électriques prenaient le relais en plongée à une vitesse de 8,5 nœuds. Il était équipé d’un canon de 40 mm sur sa tourelle, ainsi que de 8 tubes lance-torpilles (6 à l’avant, 2 à l’arrière).

Le 29 décembre 1940, alors que le Proteus effectuait sa troisième mission de patrouille, commandé par le Lieutenant Cdr Hadjiconstantis), il attaqua un convoi italien qui sortait de la baie de Vlora en Albanie, en provenance de Valona et à destination de Brindisi en Italie.

Le convoi de navires Sardegna (11452 tonnes), Piemonte (13972 tonnes) et Italia transportaient des troupes de Valona à Brindisi, escortés par le torpilleur Antares (de classe Spica). A peine passée l’île de Saseno, à une dizaine de milles à l’ouest de celle-ci, le convoi fut attaqué par le sous-marin Proteus. Celui-ci n’était pas là par hasard, puisqu’il avait reçu des renseignements sur l’imminence de la traversée d’un convoi. Il était donc à l’affut, prêt à fondre sur ses victimes.

L’attaque fut rapide. Le sous-marin porta son choix sur le Sardegna, selon toute logique le bateau le plus proche de sa position, et lui envoya une salve de torpilles qui touchèrent leur cible. Le Sardegna fut touché à sa proue. L’explosion créa une voie d’eau importante et très rapidement, le transport de troupes commença à s’incliner sur bâbord, avant de s’enfoncer inexorablement. Les naufragés du Sardegna furent récupérés par les autres navires du convoi, dont le torpilleur Antarès.

L’équipage du Proteus n’eut pas le temps de savourer cette brève victoire car très vite le torpilleur Antarès contre-attaqua et après l’avoir repéré, le prit en chasse en lui envoyant une pluie de grenades sous-marines. Pas moins de 11 charges de profondeur explosèrent autour du submersible grec, lui causant d’importants dommages.

Devant l’importance des dégâts, le Proteus fut contraint de faire surface, offrant ainsi à son ennemi une cible parfaite. L’Antarès, qui se trouvait tout près de là, fonça droit sur le sous-marin et l’éperonna avant même que les marins grecs aient eu le temps d’ouvrir les sas d’évacuation. L’Italien n’eut plus alors qu’à le pilonner au canon et acheva l’assaillant blessé. Le Proteus ne tarda pas à couler emportant dans son tombeau les 48 hommes de son équipage, sans aucun survivant.

Après avoir récupéré les survivants du Sardegna, le convoi a achevé son trajet vers Brindisi où l’Antarès put faire réparer sa proue endommagée par l’impact avec l’Antarès.

Le transport de troupes Sardegna

L’autre victime de ce combat meurtrier, le Sardegna, était un bâtiment de transport de troupes à vapeur de 11452 tonnes, de 156 mètres de long sur 19 mètres de large, pour un tirant d’eau de 10,5 mètres. Construit en 1923 par les chantiers Bremer Vulkan de Bremen en Allemagne pour la compagnie allemande Norddeutscher Lloyd, puis cédé à l’Italia Societa Anonima de Navigazione, il était propulsé par une machine à vapeur à 3 cylindres à triple expansion.

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.