Chaque jour, une épave : 18 avril 1941, Le V-709

0
Publicité

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

Le V-709 (Vorpostenboot) était à l’origine un chalutier en coque acier, transformé en patrouilleur à vapeur allemand au début de la Seconde Guerre mondiale. Construit en 1928 à Cuxhaven dans le nord de l’Allemagne, aux chantiers Unterweser Schiffsbau, il était long de 42 mètres et large de 7 mètres, pour un tirant d’eau de 3,4 mètres. Sa machine à vapeur de 4 cylindres Compound de 69 cv entraînait une seule hélice. Il entra en service en 1928 pour la compagnie de pêche Deutsche Hochseefischerei Nordsee, de Bremen, sous son nom originel Guido Möhring et écuma pendant 12 ans les bancs de pêche de la mer du Nord. Il a ensuite été réquisitionné en 1940 par la Kriegsmarine et fut transformé en patrouilleur. A cette occasion, il changea de nom pour devenir le V-709 (V pour Vorpostenboot – patrouilleur en français).

Pendant la campagne de Norvège, en avril 1940, le V-709 échappa de justesse aux obus des croiseurs français qui menaient la chasse aux navires allemands chargés de minerai de fer en provenance du nord de la Suède et destiné à l’industrie de guerre du Reich. Pour contrer cette offensive, la Wehrmacht avait engagé des moyens énormes : 6 divisions, 1000 avions et une grande partie de sa marine. Cette armada réussit à repousser les forces alliées qui ont dû rebrousser chemin. Le 24 avril de la même année, les contre-torpilleurs Indomptable, Malin et Triomphant engagèrent le combat contre le V-709 et un autre patrouilleur, accompagnés des vedettes rapides S-10 et S-12. Les navires allemands virèrent rapidement de bord et s’éloignèrent, fuyant un rideau d’obus.

Pendant tout le printemps 1940, combats furent âpres sur le mer du Nord et de nombreux bâtiments de part et d’autre furent coulés. Mais la situation en France tournant au désastre, les hostilités entre les deux marines en mer de Norvège prirent fin en juin à l’avantage du Reich, avec notamment un point d’orgue quand les croiseurs de bataille allemands Scharnhorst et Gneisenau ont envoyé par le fond le Glorius, fierté de la Royal Navy.

Après la capitulation de la France, Le V-709 a été affecté en Bretagne avec la 7eme Flottille de patrouilleurs. Il arriva ainsi au port de Brest mais là, la Flottille connut de lourds revers puisque sur 30 bateaux, 27 ont été coulés.

Le 18 avril 1941, Des pêcheurs de Groix, en face de Lorient, ramenèrent dans leur chalut une torpille britannique. Le V-709 qui patrouillait dans le secteur fut appelé sur zone pour neutraliser le redoutable engin. Un plongeur amarra la torpille qui fut soulevée par la grue et déposée délicatement sur le pont arrière du V-709. Soudain à 12h10, la torpille explosa. Plusieurs marins furent tués sur le coup et l’arrière du patrouilleur a subi de graves avaries. Le remorquage du navire fut rapidement entrepris, on espérait atteindre le port de Lorient tout proche. Mais l’état de la mer, relativement agitée ce jour-là, ne facilitait pas la manœuvre. On choisit alors de transférer tous les marins, blessés ou non, vers le navire arrivé en renfort. Vers 19h, le convoi se trouvait au milieu des Courreaux lorsque le V-709 prit brutalement une gîte sur bâbord et disparut en quelques minutes de la surface de la mer.

Publicité

Le V-709 dort toujours dans les eaux lorientaises, aux coordonnées : latitude 47° 39′ 051 N et longitude 3° 26′ 602W, par 30 mètres de fond. C’est une belle épave, très poissonneuse au printemps : tacauds, congres, lieus et bars s’y donnent rendez-vous. Elle est appelée par les plongeurs locaux “l´épave au canon” à cause de son canon de 88 mm encore placé sur l’étrave, pointé vers la surface comme s’il voulait encore se prémunir contre les navires qui viendraient à passer au-dessus de lui. L´épave, légèrement penchée sur bâbord, repose à plat sur sa quille sur un fond très vaseux, ce qui n’arrange pas la visibilité, souvent perturbée. La coque est brisée en arrière de la chaudière, celle-ci étant bien visible. Toute la partie arrière de l’épave est très endommagée. Une plongée intéressante pour tous niveaux, pour peu que la mer soit accueillante.

Retrouvez toute l’histoire du V-709 dans l’ouvrage de Jean-Louis Maurette et Christophe Moriceau, qui fait référence en matière d’épaves dans la région de Lorient : Naufrages en pays de Lorient : www.scyllias.fr

 

Lien vers la vidéo Youtube de Stéphane Uhel :

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.