Chaque jour, une épave : 21 avril 1917, le Ville de Dieppe, premier pétrolier… à voile !

0
Publicité

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

Le Ville de Dieppe était un grand « trois mâts barque » qui en son temps, a fait la fierté de la Ville dont il tenait son nom. Construit en 1888 aux chantiers Oswald, Mordaunt & Co de Southhampton en Grande Bretagne, pour le compte de la compagnie Robbe & Fils, de Dieppe, il mesurait 66 mètres de long sur 11 mètres de large et 6,4 mètres de tirant d’eau. Entièrement en acier, même ses mâts et son gréement comme la plupart des grands voiliers de la fin du XIXe et début du XXe siècle, il jaugeait 1254 tonnes et n’était pas motorisé. Ce qui représente un paradoxe, c’est que ce grand voilier sans moteur était un… pétrolier ! Car le Ville de Dieppe était doté de plusieurs cuves pour le transport de pétrole, à une époque où cet hydrocarbure commençait seulement à montrer l’importance qu’il allait prendre par la suite. Autre paradoxe, le Ville de Dieppe était le premier pétrolier à voile alors que la marine à voile cédait peu à peu la place à la nouvelle technologie de la propulsion par les machines à vapeur et les hélices. Le port de Dieppe avait alors la particularité, encore très rare à cette époque, d’être un port pétrolier en plus d’être un port de pêche très actif avec les Terre-Neuvas.

Le port de Dieppe au XVIIIe siècle

Ce fut une véritable fête lorsque le grand voilier fit son entrée pour la première fois dans le port de Dieppe, si l’on en croit l’article paru le 16 novembre 1888 dans le journal local, « l’Impartial », relayé sur le site du GRIEME (groupe d’explorateurs d’épaves ayant participé à la découverte de l’épave du Ville de Dieppe – www.grieme.org) : «A 8 h du matin, il pénétrait dans la passe ; malgré l’heure matinale, un grand nombre de curieux étaient venus sur les jetées pour jouir du coup d’œil de l’entrée. Cette entrée s’est faite dans les meilleures conditions ; le Ville de Dieppe, malgré ses grandes dimensions, manœuvre admirablement. Grâce à ses excellentes qualités nautiques, ce navire, dirigé avec une rare habilité par le pilote Fournier, secondé par le pilote Giffard qui dirigeait le remorqueur, a exécuté ses différentes évolutions avec une précision et un sûreté qui font le plus grand honneur aux connaissances de ces hardis marins», ou encore dans son édition du 23 novembre 1888 : «Le trois-mâts Ville de Dieppe a effectué hier sa sortie pour son premier voyage. Cette sortie a eu pour notre ville l’importance d’un grand événement ; plusieurs milliers de personnes ont suivi pendant près de deux heures, les évolutions du beau navire».

A gauche, le Ville de Dieppe ; à droite, un voilier de la même époque, toutes voiles dehors

Dans les années qui suivirent, le Ville de Dieppe assura la ligne de Dieppe à Philadelphie, sans incident. En 1902, le Ville de Dieppe changea de propriétaire pour la compagnie Prentout Leblond, Leroux & Cie de Rouen, pour une courte durée puisqu’en 1903, il changea de pavillon (tout en gardant le même nom) pour la compagnie norvégienne Jens, d’Oslo, pour qui il a navigué jusqu’à ce jour funeste d’avril 1917.

Le 21 avril 1917, le Ville de Dieppe prit la mer à 9h de La Pallice, le port de commerce de La Rochelle, sous les ordres du capitaine Antonsen et mit le cap sur New York où il allait chercher une cargaison. Il n’était donc pas chargé et naviguait sur ballast (le poids de la cargaison étant remplacé par du lest pour conserver l’équilibre du navire dont le centre de gravité est très haut à cause de son gréement). Après avoir doublé l’île de Ré par le sud, le grand voilier était encore en vue du phare des Baleines à la pointe de l’île de Ré, au nord-est de sa position, et le phare de Chassiron à la pointe de l’île de Ré, au sud-est, quand il mit le cap vers le large, par une mer belle et peu de vent.

A 17h ce 21 avril 1917, alors que le Ville de Dieppe se trouvait à 20 nautiques à l’ouest de l’île d’Oléron, dans le 259 du phare de Chassiron, un sous-marin allemand fit surface à l’arrière du grand voilier. C’était l’UC 21, commandé par le capitaine Werner von Zerboni, un as de la flotte sous-marine du Kaiser, au palmarès impressionnant. Immédiatement, le submersible envoya une bordée de coups de canon qui ne laissait aucun doute sur ses intentions, enjoignant l’équipage du Ville de Dieppe à abandonner le navire dans les canots de sauvetage avant que l’UC 21 n’achève le grand voiler sous une pluie d’obus. La coque trouée de multiples impacts, le Ville de Dieppe s’inclina lentement et finit par sombrer dans les eaux de l’océan, alors que l’UC 21 s’éloignait vers l’horizon. Tout l´équipage du Ville de Dieppe fut recueilli par le sous-marin français Germinal.

Coupure de journal sur l’exploration de l’épave (www.grieme.org)
Publicité

En 1998, des études de cartographie sous-marine menées par la Marine Nationale permirent de localiser précisément l’épave, à la latitude 45° 59’ 300 N et longitude 1° 52’ 510 W, par 52 mètres de fond. En 2005, des chercheurs d’épaves de différents horizons ont joint leurs efforts pour trouver l’épave et l’explorer. Les plongeurs du groupe normand du GRIEME et ceux de l’ADANAC de l’île d’Oléron, auxquels s’étaient joints quelques plongeurs des Corsaires d’Ango, de Dieppe et Objectif mer d’Elbeuf, mais aussi des « pointures » comme Patrice Strazzera, grand photographe des épaves de Narbonne et Pascal Hénaff, historien breton, ont réussi la première visite du Ville de Dieppe. Depuis, d’autres plongeurs ont suivi sur cette épave relativement difficile du fait de son éloignement de la côte et des courants souvent forts, mais extrêmement poissonneuse, habitée par des bancs tacauds, des lieux, d’innombrables congres et même quelques homards…

Lien vers la vidéo Youtube de Pascal Hénaff :

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.