Chaque jour, une épave : 6 janvier 1918, les 4 victimes de l’U-93

0
Publicité

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

C’est à un véritable jeu de massacre que s’est livré, en ce 6 janvier 1918, le sous-marin allemand U-93 près des côtes bretonnes, au sud-sud-ouest du phare de Penmarc’h. Comme c’était la règle depuis le milieu de l’année 1917, les navires de commerce ne se déplaçaient qu’en convoi pour obtenir une escorte des bateaux de guerre. Le 5 janvier 1918 au soir, un convoi de quinze navires quittait Brest pour Quiberon, accompagné par deux escorteurs américains, USS Wanderer et Kanawha.

Cette nuit du 5 au 6 janvier, l’U-93 va couler quatre vapeurs faisant partie de ce convoi : Henri Le Cour, Harry Luckenbach, Dagny, Kanaris. Le convoi a été formé en deux parties, le Harry Luckenbach étant N ° 1 dans la colonne de droite. Le Henri Le Cour, Dagny et Kanaris étaient respectivement N ° 1, 4 et 7 dans la colonne de gauche.

Le Henri Le Cour

Le 6 janvier 1918, A environ 1 H 30 du matin à huit nautiques à l’ouest de Penmarc’h, le guetteur d’avant du Henri Le Cour voit un sillage de torpille dans l’eau. Une seconde plus tard la torpille frappe le navire sur l’avant du panneau mobile No. 4 et le Henri Le Cour sombre en quarante-cinq secondes.

Le Henri Le Cour était un cargo en acier, lancé le 7 juillet 1917, aux chantiers Forth Shipbuilding & Engineering Co. à Alloa (Ecosse), pour le compte de la Compagnie des Chargeurs de l’Ouest, de Nantes. De 93 mètres de long et 13 mètres de large pour un tirant d’eau de 6,6 mètres et une jauge brute de 2488 tonnes, il était propulsé par une machine à vapeur de 3 cylindres à triple expansion de 234 cv. Commandé par le Capitaine Caudal Adolphe, le Henri Le Cour aura fini sa courte carrière, torpillé à 4 milles au sud ouest de la pointe de Penmarc’h, par l’U-93. Cinq marins furent portés disparus. L’épave repose par 60mètres de fond (le haut de l’épave est à 50m) à la latitude 47° 44’ 804 N et longitude 04° 27’ 974 W.

Le Harry Luckenbach

Une demi-heure plus tard, une autre torpille frappait le Harry Luckenbach. La violence de l’explosion projeta plusieurs hommes à la mer. L’USS Wanderer qui était le plus proche réussit à sauver vingt-cinq membres de l’équipage. Il resta dans le voisinage pendant plusieurs heures, mais ne trouva aucune trace du sous-marin.

Publicité

Le Harry Luckenbach était à l’origine un cargo américain, avant d’être transformé en pétrolier. Il a été lancé le 16 avril 1881 par les chantiers William Gray & Co de West Hartlepool en Grande Bretagne, pour la compagnie Atlantic Transport Co de Londres, sous le nom de Surrey. En 1888, ce bateau passa sous le nom de Michigan, avant d’être vendu plusieurs fois entre 1889 et 1899, année où il a été acheté par Lewis Luckenbach, de New York. Il a alors été converti en pétrolier et prit en 1900 le nom d’Harry Luckenbach. A l’entrée en guerre des USA en 1917, il a été requisitionné par le Général Pershing, qui le mit à la disposition de US Shipping Board pour le transport des fournitures de guerre aux Alliés. Il quitte New-York à destination de Londres avant de prendre place dans le convoi à Brest pour Quiberon. Le torpillage du Harry Luckenbach par l’U-93 a fait 9 victimes. Il repose aujourd’hui sur un fond de 60 à 70 mètres, mais ses superstructures remontent jusqu’à 50 mètres de profondeur. Sa position est 47° 43’ 972 N de latitude et 04° 26’ 974 W de longitude.

Le Dagny

Une heure plus tard, alors qu’il se trouvait à 4 nautiques dans S-SW du phare de Penmarc’h, le capitaine du Dagny aperçut un sous-marin à tribord. Il commença immédiatement des zigzags et fit donner son sifflet. Il tira deux fusées pour attirer l’attention. Mais dix minutes plus tard, son navire fut frappé sur le côté de tribord par une torpille. Il s’enfonça en quelques minutes.

Le Dagny était un cargo danois, lancé le 23 mars 1901 par le chantier William Gray & Co à West Hartlepool en Grande Bretagne, pour la compagnie Dampskibsselskabet Heimdal de Copenhague, au Danemark. Il mesurait 70 mètres de long et 10 mètres de large pour 5,2 mètres de tirant d’eau, accusant une jauge brute de 1220 tonnes. Il était propulsé par un moteur à vapeur de 3 cylindres à triple expansion, développant 125 cv. Le Dagny, avait embarqué 1787 tonnes de charbon à Port Talbot qu’il devait livrer à Bordeaux. il avait un équipage de vingt hommes sous le commandement du capitaine S. Sørensen. Son torpillage dans le convoi par l’U-93 fit 2 victimes. Il gît désormais par 79 mètres de fond, le haut de l’épave étant à 60 mètres, aux coordonnées suivantes : Latitude 47° 43’ 961 N, longitude 04° 20’ 968 W.

Le Kanaris

Le Kanaris fut le dernier coulé. Il fut torpillé 25 minutes après les trois précédents, le 6 Janvier 1918. Il sera abandonné par son équipage à environ 8 milles de la côte de Penmarc’h. Le torpillage ne fit aucune victime. L’équipage, composé de 32 hommes a embarqué sur trois baleinières du bord et a abordé quelques heures plus tard, sain et sauf, à Lesconil.

Le Kanaris était un cargo construit par C.S. Swan & Hunter, à Newcastle (Grande Bretagne) en 1901 et lancé, sous le nom de MYSTIC, par la compagnie English & American Sg Co Ltd de Londres, sous pavillon anglais. Il fut vendu à l’armement grec N. Embiricos et Fils en 1915 et prit alors le nom de Kanaris. D’une jauge brute de 3793 tonnes, il mesurait 107 mètres de long pour 14 mètres de large et 8,2 mètres de tirant d’eau. Il était doté d’une machine à vapeur de 3 cylindres à triple expansion de 302 cv. Il transportait 4435 tonnes de charbon. Il repose par 40 mètres de fond, le haut de l’épave étant à 25 mètres, aux coordonnées : latitude 47° 43’ 943 N et longitude 04° 13’ 089 W.

L’U-93

Enfin, l’U-93 ne profita pas bien longtemps de ses victoires. Sous-marin allemand de 71 mètres construit à Kiel en Allemagne en décembre 1916 et mis en service le 10 février 1917 dans la IV Flotille, il était commandé lors de l’attaque de Penmarc’h par le Kapitänleutnant Helmut Gerlach, avec un équipage de 43 hommes, armé de 16 torpilles et de canons de pont de 88 mm.

Le sous-marin effectua en tout et pour tout 6 missions, coulant 42 navires, dont 8 sous le commandement du Kapitänleutnant Helmuth Gerlach. A peine 9 jours après son quadruple torpillage de Penmarc’h, le sous-marin disparaissait dans la Manche le 15 janvier 1918 avec la totalité de son équipage. A ce jour, les circonstances et le lieu exact de sa perte demeurent toujours inconnus.

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.