Chaque jour, une épave : 24 janvier 1918, le Corse à La Ciotat

0
Publicité

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

Pour ce 24 janvier, une épave qui reste à découvrir pour les plongeurs Tek. Le Corse a été construit en tant que Liner (bateau à passager ou petit paquebot) en 1894 par les chantiers J. & G. Thomson, de Govan en Grande Bretagne, pour le compte de la compagnie London & South Western Railway Co, de Londres. A son lancement, il portait le nom de Columbia. D’une longueur de 82 mètres pour 10 mètres de large, il jaugeait 1145 tonnes et était propulsé par deux moteurs à vapeur de 4 cylindres à triple expansion, de 217 cv, avec deux hélices donnant une vitesse de 18 nœuds.

Il navigua pour sa compagnie d’origine durant 18 ans, remplissant fièrement ses missions. En 1912, il fut vendu à la compagnie espagnole J. J. Sitges Frères, d’Alicante et rebaptisé Sitges. A cette occasion, il subit quelques modifications pour devenir, non plus un paquebot comme à ses plus beaux jours, mais un cargo mixte fret/passagers. Mais l’arrivée de la Première Guerre mondiale allait encore modifier son destin. En 1915, le Sitges fut acquis par la Marine Nationale française, qui le transforma en cargo armé. Il prit à cette occasion le nom de Corse et fut principalement utilisé pour transporter du matériel et des troupes vers les zones de conflits.

Mais les forces ennemies veillaient à perturber le plus possible les approvisionnements des différents fronts et pour ce faire, possédait une arme redoutable : les U-Boote, qui faisaient déjà des ravages dans les convois lors du premier conflit mondial, avant de connaître leurs heures de gloire lors du second conflit, avec les célèbres « loup gris ». Ainsi, le 24 janvier 1918, le Corse qui croisait le long du littoral méditerranéen, reçut une torpille lancée par le sous-marin allemand UC-67, petit sous-marin côtier mouilleur de mines, qui était venu piéger les eaux des zones portuaires du Var et des Bouches du Rhône. Le Corse, qui se trouvait alors juste en face de la baie de La Ciotat, exactement à mi-distance des deux pointes qui ferment la baie.

Le Corse repose désormais par 80 mètres de fond, à la sortie de la baie de La Ciotat, aux coordonnées : latitude 43° 08’ 893 N et longitude 5° 38’ 613 E. L’exploration de cette épave ferait certainement le bonheur d’une équipe de plongeurs Tek, la profondeur de 80 mètres au fond (les superstructures doivent elles, remonter aux environs de 65/70 mètres) étant accessible au moyen d’une plongée avec un Trimix léger, voire normoxique. Alors les chasseurs d’épaves, à vos marques !

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.