Chaque jour, une épave : 24 février 1881, le Kingston en mer Rouge

0
Publicité

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

Le Kingston était un cargo en acier à propulsion mixte voile/vapeur de 78 mètres de long par 10 mètres de large pour 6 mètres de tirant d’eau, avec un déplacement de 1449 tonnes. Il a été construit par le chantier Oswald Shipbuilding Co de Pallion dans le Sunderland en Angleterre et lancé le 16 février 1871 pour le compte de la compagnie Commercial S.S. Co de Londres. Sa machine à vapeur Compound à deux cylindres dont les deux chaudières étaient placées au milieu du bateau, propulsait le bateau à 11 nœuds au moyen d’une hélice à quatre pales. Ses deux mâts gréés en brick permettaient au bateau, lorsque les conditions de vent étaient favorables, d’obtenir des coûts de transport très économiques.

Le 20 janvier 1881, le Kingston sous les ordres du capitaine Cousins, quitta Cardiff à destination d’Aden via le canal de Suez avec un chargement de charbon. Il passa par le détroit de Gibraltar, puis traversa la Méditerranée à la voile, à l’ancienne, car les conditions météorologiques favorables lui permettaient de garder une bonne allure tout en économisant sa réserve de charbon de chauffe. Il a ainsi atteint Suez sans encombre et le 20 février, il traversa le canal et commença la descente du golfe de Suez. Le capitaine supervisait la navigation le long de la côte égyptienne car sur cette portion de mer relativement étroite et avec bien peu de balisage, les récifs et bancs de sable ne sont pas rares près du littoral. Arrivé près du débouché du golfe sur la mer Rouge, croyant que les plus gros dangers étaient passés, le capitaine décida de prendre un peu de repos. Le voyage continua sous les ordres du second. Mais celui-ci, moins expérimenté, prit un cap trop à l’est, dans la zone du détroit de Gubal au pied du mont Sinaï où les banc de récifs de Shaab Ali et Shag Rock s’étendent loin de la côte. Aux premières heures du 22 février 1881, le navire dépassa le long récif de Shaab Ali, puis heurta le récif de Shag Rock qui prolonge Shaab Ali.

Le Kingston était échoué sur le haut du récif. Après avoir fait un état des lieux, l’équipage commença à s’activer pour déséchouer le bateau, tandis qu’on essayait d’attirer l’attention d’hypothétiques secours, dans une zone complètement désertique où seul un autre bateau de passage pourrait venir à leur aide. Durant deux jours, l’équipage lutta pour maintenir le bateau à flot. Le passage d’un navire leur donna un peu d’espoir, mais celui-ci n’étant pas en mesure d’effectuer un remorquage, continua sa route vers le nord en leur promettant d’envoyer des secours à son arrivée à Suez. Mais la situation du Kingston ne permettait pas d’attendre aussi longtemps.

Finalement, le 24 février 1881, la mer finit par gagner la bataille. L’équipage n’arrivant plus à pomper l’eau qui pénétrait dans les cales par les déchirures de la coque, la poupe finit par s’enfoncer. Vaincu, le capitaine ordonna à l’équipage d’évacuer le cargo et l’on mit à l’eau les chaloupes de sauvetage.

Avec son étrave plantée sur le haut du récif, le Kingston s’enfonça progressivement par l’arrière, puis glissa du récif et termina sur le fond, contre la pente du tombant corallien, entre 5 et 16 mètres de profondeur. Seuls les mâts émergeaient encore à la surface. On amarra les canots de sauvetage aux mâts et commença la longue attente des secours. Finalement, un peu plus tard, l’équipage fut recueilli sain et sauf par un navire de passage. Le Kingston a été déclaré une perte totale le 28 février 1881. Ni le navire ni le fret n’ont jamais été récupérés.

Publicité

Pour la petite histoire, cet échouage ne fut pas le seul du capitaine Cousins et l’on peut même dire qu’il devint un coutumier du fait puisqu’il connut de semblables mésaventures en novembre de la même année, puis en décembre, puis encore un an plus tard. Devant les réticences de la compagnie à lui confier un nouveau commandement, il finit par faire valoir ses droits à la retraite, au grand soulagement de ses armateurs…

L’épave fut découverte au début des années 1970 par un groupe de plongeurs qui travaillaient sous les directives d’un Israélien, Schlomo Cohen, à la préparation du premier guide de plongée de la mer Rouge, Red Sea Diver’s Guide, publié en 1975. Les forces israéliennes occupaient alors le Sinaï et les plongeurs israéliens profitaient de la situation géopolitique pour venir explorer les fonds du golfe d’Aqaba jusqu’au détroit de Tiran et dans la zone de Sharm El Sheikh.

Photos sous-marines Yvan Chocoloff

Faute d’identification certaine et pour pouvoir l’inclure dans le guide qui était quasiment terminé, l’épave fut déclarée sous le nom de Sarah H., qui était le nom de la femme du skipper du bateau de croisière Sea Surveyor à l’origine de la découverte, David Hillel. Ce n’est qu’au début des années 2000 que l’épave sera formellement identifiée sous son vrai nom : Kingston. Mais encore aujourd’hui, certains continuent de la nommer Sarah H.

Gisant aux coordonnées suivantes, latitude 27° 46’ 661 N et longitude 33° 52’ 535 E, sur un jardin de corail très coloré, seule la moitié arrière du Kingston avec sa poupe et son hélice à 4 pales restent bien conservées. La structure du pont et l’intérieur de la coque sont désormais le refuge d’une myriade de glass fishes, de poissons soldat, poissons ange empereur, poissons demoiselle et murènes.

Lors des croisières plongée, vue sa faible profondeur, le Kingston est souvent relégué à la 3ème plongée de la journée, mais c’est une superbe épave couverte de corail, dans seulement quelques mètres d’eau, accessible aux plongeurs de tous niveaux. La vie marine extrêmement riche et le caractère historique du site lui a valu son classement dans le top 20 des meilleures plongées de mer Rouge.

Il est à noter que tout à côté, sur le récif de Shaab Ali a été coulé 60 ans plus tard en 1941, le bateau qui allait devenir l’épave la plus célèbre de mer Rouge : le Thistlegorm. Mais, ceci est une autre histoire…

Lien vers vidéo Youtube sur le Kingston :

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.