Chaque jour, une épave : 24 décembre 1944, le Léopoldville

1
Dessin Richard Rockwell / www.leopoldville.org

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

Le Léopoldville était un paquebot affecté au transport de passagers et de fret, construit aux Chantiers John Cockerill à Hoboken ( Anvers – Belgique ) pour la Compagnie Maritine Belge (Lloyd Royal) d’Antwerpen.

Le navire de 153 mètres de long, 19 mètres de large et 11 mètres de tirant d’eau, avait un déplacement de 11.509 tonnes. Ses deux chaudières à vapeur à quadruple expansion d’une puissance de 1125 cv le propulsaient à une vitesse de 16 nœuds. Il fut mis en service en 1929 et fut affecté à la ligne entre la Belgique et le Congo. Il pouvait accueillir 360 passagers et 237 membres d’équipage.

En 1936 le Léopoldville fut rénové. Après ces travaux de modernisation, il ne garda plus qu’une seule cheminée sur les deux qu’il portait à l’origine.

Le Léopoldville après sa rénovation, n’a plus qu’une seule cheminée

En 1940 , le Léopoldville fut réquisitionné par les Anglais pour le transport de troupes. Il fut aménagé pour transporter 2.000 soldats dans des conditions de confort très sommaires, qui n’avaient plus rien à voir avec son faste d’antan… Composé de 120 belges , 93 congolais et 34 britannique , l’équipage effectuait le transport de troupes vers la méditerranée au départ de Liverpool.

Après le débarquement de Normandie et la prise de Cherbourg , il transporta les troupes sur le sol Français jusqu’au soir de ce 24 décembre 1944 où son destin lui avait donné rendez-vous.

Dans la nuit du 15 au 16 décembre 1944, les Allemands lancèrent une offensive ayant pour but de traverser les Ardennes et prendre le port d’Anvers tout en coupant les Forces Alliées en deux. Le 8ème corps US du Général Middleton fut alors mis en difficulté. Le 21 décembre, alors que la 66th Infantry Division US s’apprêtait à fêter Noël en Angleterre, les soldats furent rassemblés en urgence et la Division embarqua à Southampton pour rejoindre la France et aller se battre dans les Ardennes.

Dans la nuit du 24 décembre 1944 à 2h30, 2.235 GI’s de la 66th Infantry Division montèrent à bord du Léopoldville commandé par le commandant belge Charles LIMBOR. A 9h15 ce matin de veille de Noël, les navires quittèrent le port vers Cherbourg. Ils étaient escortés par deux destroyers anglais, un destroyer US et la frégate française Croix de Lorraine. 7 barges chargées de matériels accompagnaient le convoi.

A 17h45, le convoi fut repéré par le sous-marin U-486 commandé par le Lieutenant Gerhard Meyer. Le U-boat avait été spécialement envoyé dans la Manche afin d’intercepter les convoi entre l’Angleterre et le continent.

A 18h00, alors que le Léopoldville se trouvait à 9km de Cherbourg, l’U-486 lui envoya deux torpilles. L’une d’elle transperça la cale n°4, faisant 300 victimes au passage. L’autre transporteur, le Cheshire, réussit à déjouer le piège et eut le temps de se réfugier dans la rade de Cherbourg.

C’est là que les événements se compliquèrent pour le Léopoldville : gravement touché mais pas suffisamment pour risquer de couler immédiatement, il pouvait tenir quelques heures, un temps suffisant pour organiser les secours et évacuer les milliers de soldats qui se trouvaient à son bord. Une opération qui aurait permis de sauver la plupart des passagers. Au lieu de cela, la panique et la désorganisation causèrent un véritable désastre. Au lieu de porter secours aux rescapés du Léopoldville, le Commandant John Pringle, responsable du convoi, envoya les navires d’escorte chasser le sous-marin. Il demanda en outre au Commandant Limbor de jeter l’ancre du Léopoldville, ce qui fit perdre un temps précieux navires de secours pour rejoindre le paquebot.

A bord du Léopoldville, le Commandant Limbor ordonna l’abandon du navire. Entendant cet ordre, une partie de l’équipage mit deux canots à la mer et abandonna le bateau, sans se soucier des passagers restés à bord. Ceux-ci ne comprirent même pas l’ordre d’évacuation qui n’avait pas été émis en langue anglaise, mais en Français. Comme les soldats américains n’avaient reçu aucune consigne de sécurité lors de l’embarquement. Ils ne savaient pas comment utiliser les gilets de sauvetage ni comment mettre les canots de sauvetage à la mer.

Bien qu’à 9km de Cherbourg , le Commandant Pringle envoya un signal de détresse à Portsmouth qui le retransmit 30 minutes plus tard à Cherbourg, faisant encore perdre un temps précieux aux secours, qui néanmoins finirent par arriver avant que le géant ne sombre. Ce n’est que vers 19h00 que les premiers navires de secours arrivèrent sur place. Vers 20h30 le navire sombra avec le Commandant Limbor, 763 GI’s américains et 17 membres d’équipage. 493 ne furent jamais retrouvés.

Dessin Olivier Brichet

Et l’U-486 ? Ce n’est qu’en 2013 que l’on saura ce qu’il en est advenu : le sous-marin à été retrouvé 68 ans après son torpillage. Il avait été pris en chasse le 12 avril 1945 par un sous-marin anglais, le HMS Tapir, qui l’envoya par le fond avec la totalité des 48 membres de son équipage.

Aujourd’hui, le Léopoldville repose toujours, sur son flanc babord, par 50 mètres de fond, aux coordonnées suivantes : latitude 49° 45’ 151 N et longitude 01° 36’ 662 W. L’épave est accessible aux plongeurs de bon niveau mais les plongées sont tributaires des courants et des aléas de la météo, le site en pleine mer n’étant pas abrité.

Aux Etats-Unis, un mémorial a été érigé à Fort Benning, près de Colombus en Géorgie, à la mémoire des GI’s morts dans la catastrophe. Au réveillon de Noël, pensez donc à lever une coupe de Champagne en l’honneur des soldats morts il y a 73 ans, le 24 décembre 1944, dans l’un des naufrages les plus meurtriers survenus dans la Manche… Et Joyeux Noël !

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.