Chaque jour, une épave : 16 mai 1970, El Kaher, un destroyer coulé en mer Rouge

0
Publicité

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

Avant sa carrière égyptienne sous le nom d’El Qaher, le contre-torpilleur HMS Myngs de classe Zambesi portait le pavillon anglais, sous le matricule R06 dans la Royal Navy. Construit en 1942 par Vickers Armstrong, de Barrow-in-Furness en Grande Bretagne, il mesurait 110 mètres de long sur 11 mètres de large, pour un déplacement de 1710 tonnes et était motorisé avec 2 turbines à vapeur de 40000 cv et 3 chaudières, actionnant 2 hélices et atteignant la vitesse de 36 nœuds. Il était armé de 4 canons de 114 mm, 5 canons de 40 mm Bofor, 8 tubes lance-torpilles de 21 pouces et 2 racks de 70 grenades sous-marines.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la seule action de combat dans laquelle le Myngs a été impliqué était au large des côtes norvégiennes. Les 12 et 13 novembre 1944, lors de l’opération Counterblast, 15 officiers du Myngs ont été récompensés pour leurs actions lors d’une attaque contre le convoi allemand KS 357. L’escadre britannique qui a participé à cette fameuse bataille navale, était composée des HMS Kent, Bellona, Verulam et Myngs. 12 navires ennemis ont été attaqués et un seul a réussi à échapper à l’assaut.

Le Myngs est resté en service après la guerre et a été transféré à la 3e flottille d’escorteurs à Portland en août 1948. L’année suivante, cette flottille a été rebaptisée 2nd Training Flotilla pour des missions d’entraînement à Portland. En septembre 1954, le Myngs a été réduit au statut de réserviste en attendant sa conversion en frégate anti-sous-marine. Comme cette transformation n’a jamais été mise en œuvre, en 1955, la Royal Navy a désarmé plusieurs de ses navires de classe Zambesi.

Alors que beaucoup de navires ont été mis au rebut, 4 ont été vendus : deux à l’Egypte (HMS Myngs pour devenir l’Al Qaher et HMS Zenith pour devenir l’Al Fatah), et deux à Israël (HMS Zealous et HMS Zodiac pour être rebaptisés respectivement Elath et Yaffa). Rebaptisée El Qaher après sa vente à l’Egypte, le contre-torpilleur est entré au service de la marine égyptienne en 1956.

Le navire a été réaménagé par les chantiers J. S. White à Cowes avant d’être transféré. Par la suite, il est retourné à Cowes pour y être remis en état entre mai 1963 et juillet 1964 avant de retourner au service en Egypte.

Publicité

En 1969-70, l’El Qaher a été équipé de l’électronique améliorée (russe) et est retournée à sa base à Port Berenice pour continuer ses fonctions. C’était la période de la «guerre d’usure» opposant Israel à une coalition rassemblant l’Egypte, la République Arabe Unie, l’OLP, la Jordanie et Cuba, soutenus par l’Union Soviétique.

En mai 1970, alors qu’approchait la fin de la « guerre d’usure » 12 avions israéliens Phantoms F4 de la 201e escadrille basée à Hattor, armés de bombes MK117 ont attaqué le navire lors de l’opération Keshet Avira alors qu’il était au mouillage à Port Berenice, dans le sud de l’Egypte. El Kaher résista à plusioeurs attaques, grâce à ses canons antiaériens et un nouveau système de guidage de tir qui a fait des dégâts chez les attaquants ; mais le navire a été frappé par des missiles sidewinder et d’innombrables impacts des canons d’ailes. Avec une portée de 800 miles, les avions pourrait mener une attaque prolongée sur la cible et malgré plusieurs pertes dans leurs rangs, les avions israéliens ont continué à attaquer sans relâche. Des incendies se sont propagés dans tout le navire et des explosions ont causé des dégâts importants.

Finalement, El Qaher commença à s’enfoncer par l’arrière et toute sa superstructure s’embrasa. Il finit par sombrer en tournant autour de son ancre et a finalement échoué sa proue sur un récif de corail qui affleurait, déchirant sa coque sur 3 mètres. Il se retrouva alors dans une drôle de posture, coulé le long de la pente du récif, avec sa proue et son canon avant à la surface et le reste du navire en suspension, descendant jusqu’à une profondeur de 27 mètres.

Aujourd’hui, l’avant de l’épave est toujours perchée sur le récif, au niveau de la surface mais les structures au-dessus de la surface sont complètement rongées par la corrosion et se sont affaissées. Les coordonnées sont : latitude 23° 55’ 533 N et longitude 35° 29’ 583 E. Il est possible de plonger sous sa quille à l’arrière et de voir les deux hélices et les safrans ornés de coraux mous. De longues plongées peuvent y être effectuées pour tous niveaux, l’épave s’étendant entre la surface et 27 mètres. On peut pénétrer dans son espace d’hébergement, les salles de contrôle, voir les tubes lance-torpilles et les canons de poupe, submergés, avec des obus dans la culasse, les fûts des canons encore pointés vers le ciel…

Lien vers vidéo Youtube de Divetheworld :

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.