Chaque jour, une épave : 21 janvier 1944, le Messerschmitt des îles d’Hyères

0
Publicité

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

A la pointe nord de l’île de Bagaud, dans les îles d’Hyères (Var), gît par une dizaine de mètres de fond l’épave d’un avion allemand, tombé le 21 janvier 1944. Depuis longtemps oublié l’avion et son pilote qui avait alors 19 ans, ont vu leur histoire remonter au jour en 2007 après l’enquête minutieuse menée par un plongeur allemand, Lino Von Gartzen.

Le Messerschmitt BF109 F-4 était un avion monomoteur allemand fabriqué par Daimler-Benz à Stuttgart pour la Luftwaffe, d’une longueur de 8,74 mètres et une envergure de 9,86 mètres, pourvu d’un moteur à hélice à 12 cylindres de 1200 cv. Il était armé d’un canon de 20mm dans le moyeu de l’hélice et de 4 mitrailleuses de 7,9mm.

En décembre 1943, après la fin de son entraînement initial de pilote de chasse, Uffz Rudolf Wälde, âgé de 19 ans, a rejoint la division 4./Jagdgruppe Süd. Cette dernière était une unité d’entraînement opérationnelle, où les jeunes pilotes étaient formés sur les derniers types d’avions avant de rejoindre une unité de première ligne. Les pilotes, dirigés par des instructeurs expérimentés, ont également été utilisés pour patrouiller dans le sud de la France et intercepter les raids des forces alliées. À la fin de 1943, la durée de l’entraînement avait été réduite de 12 à 4 semaines, et l’unité avait commencé à subir de lourdes pertes dans les batailles aériennes.

Rudolf Wälde a commencé à voler avec un tout nouveau Bf 109 G-6 et en a été très satisfait, mais a dû atterrir de force le 15 décembre 1943 en raison d’une panne de moteur. Il était indemne, mais son avion a été remplacé par un Bf 109 F-4 désuet, “blue 16”, qui avait servi pendant presque trois ans, dont 6 mois au Jagdgruppe Süd.

Le 21 janvier 1944, les B-17 de la 15ème Air Force de l’USAAF attaquaient l’aérodrome de Salon-de-Provence et les chasseurs des 1. / et 2./Jagdgruppe Süd tentèrent d’intercepter ce raid, mais ils subirent des pertes. La 4./Jagdgruppe Süd n’avait pas été utilisée jusqu’à ce qu’une autre formation alliée ait été détectée. Peu après, on signala un autre groupe de bombardiers américains.Il s’agissait de 6 B-25 partis de Corse qui s’approchaient de la Côte d’azur. Leur objectif : un convoi de bateaux allemands, près des îles d’Hyères. Il se composait d’un cargo de 10 000 tonnes et de 5 navires d’escorte, qui effectuait probablement le trajet de Marseille à Gênes.

Publicité

Les B-25 faisaient partie du 428e BS de la 12th Airforce, unité spécialisée dans la destruction de bateaux dans la zone Italie/Midi de la France. L’escorte des bombardiers comptait 8 chasseurs Spitfire du 4th FS,52 Fighter Group. Ces unités étaient appuyées par un groupe de reconnaissance de la RAF. Les Marauder anglais utilisés pour la reconnaissance signalaient les objectifs intéressants à la formation de bombardiers.

A 12h45, huit avions du 4./Jagdgruppe Süd furent envoyés pour protéger le convoi. Rudolf Wälde était l’un de ces deux pilotes : c’était sa première rencontre avec l’ennemi. Ils ont atteint le convoi près de l’île de Port Cros juste avant les bombardiers américains. A 13h15,les chasseurs répartis en deux groupes attaquaient les B-25. Le premier groupe ouvrit le feu sur deux bombardiers, qui furent gravement endommagés.

Dans un bombardier, le capitaine Bitter et trois membres de son équipage ont été blessés. Le Sgt é.-m. John Sviantek, le mitrailleur, a subi des blessures qui lui coûteraient probablement un œil. Le Sgt. Amirault, photographe aérien, a subi des plaies du cuir chevelu et des fragments de coque enfoncés dans une jambe. Bitter a reçu un éclat d’acier dans sa main et un autre projectile lui a infligé une blessure superficielle, tandis que le sergent d’état-major Lunger, opérateur de radio, a reçu un éclat à la hanche. L’avion a été criblé et a déclaré une perte totale après un atterrissage réussi à Ghisonaccia, la base du groupe, par le 2e lieutenant «Hub» Arnault, le copilote.

Le B-25 du 1er lieutenant Thornton Fleming a également été gravement touché et son mitrailleur de queue, le sergent d’état-major Donaldson, a été gravement blessé à la jambe par un éclat de 20 mm. Les bombes ont raté les navires allemands. Un tireur de queue, le S / Sgt Alexander Pudlo, a revendiqué la destruction du «Fw 190» qui a causé la plus grande partie des dégâts, mais c’était très probablement une erreur parce qu’une seule perte allemande est connue ce jour-là.

Mais alors que le second avion allemand attaquait, un Spitfire plongea du soleil et le Bf 109 “blue 16” de Rudolf Wälde fut immédiatement touché et tomba en mer à 13h16 au nord des îles d’Hyères, près de l’île de Bagaud. Le pilote a pu s’extraire et ouvrir son parachute et ses camarades l’ont vu toucher l’eau à environ 6 km de la côte. Etant donné qu’il y avait une très forte houle ce jour-là et qu’il n’était pas exclu que Rudolf Wälde fût blessé, on peut supposer qu’il a trouvé la mort dans les vagues. Le premier (et dernier) contact de Rudolf Wälde avec ses ennemis n’avait duré qu’une minute…

Dans cette bataille, le Capt Lee M Trowbridge de la 4ème FS a réclamé un Bf 109 abattu au sud-est de Toulon comme sa 3ème victoire : c’est donc très probablement lui qui a abattu Wälde.

Après cinq minutes, l’avion allié est reparti vers le sud pour rentrer à sa base, sans revenir vers le convoi. 40 minutes plus tard, un avion de sauvetage allemand a commencé à rechercher Rudolf Wälde pendant plusieurs heures, dans succès. Wälde n’a jamais été revu.

En 2006, le moteur DB601 d’un avion Messerschmitt Bf 109 a été ramené au port de Marseille et semblait provenir d’une épave localisée dans la région de l’île d’Hyères. L’épave est située au nord de l’île de Bagaud, à une profondeur de 10 mètres, aux coordonnées suivantes : latitude 43° 01’ 123 N et longitude 06° 21’ 945 E. Une partie du fuselage et d’une aile subsiste. Il est possible que l’épave ait été plus profonde et gênait les pêcheurs qui l’auraient alors transportée à cet endroit. Cette épave a été identifiée comme le “bleu 16” de Rudolf Wälde après l’enquête menée par le plongeur allemand, Lino Von Gartzen, dans les archives militaires allemandes de Fribourg-en-Brisgau, les archives de l’USAAF et auprès de la famille du jeune pilote disparu, qui lui, n’a jamais été retrouvé.

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.