Chaque jour, une épave : 2 mars 1743, le San Isidor, coulé dans le port d’Ajaccio

0
Publicité

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

La bataille d’Oran

Le San Isidor (San Isidro ou San Isidoro) était un vaisseau de ligne de la marine royale espagnole de 45 mètres de long pour 376 tonnes, armé de 64 canons, construit à Guarnizo (Cantabrie, Espagne) en 1730. En 1732 il participa au débarquement de troupes pour la reconquête d’Oran (Algérie) alors aux mains des Ottomans. En 1734 il coula deux corsaires algériens, puis participa aux opérations d’Italie, notamment comme transport de troupes.

En 1721, le capitaine de vaisseau Gilles René de Lage de Cueilly, seigneur du Domaine de Cueilly dans l’actuelle ville de Champigny sur Marne, en région parisienne, reçut les brevets de capitaine de vaisseau, signés de la main du roi. D’une famille de la noblesse proche de la Cour royale, il avait tissé des liens avec la Cour d’Espagne, alliée de la France. Par ses liens espagnols, il reçut le commandement du vaisseau de guerre espagnol de 64 canons le San Isidor par un acte du Roi d’Espagne, le 1er août 1741.

La France et son alliée l’Espagne étaient en guerre contre l’Angleterre et la Hollande. Le San Isidor faisait partie d’une escadre qui livrait combat contre la flotte anglaise en Méditerranée, entre les îles d’Hyères et la Corse. Le 17 février 1743, La situation, déjà compliquée, tourna au cauchemar quand, au cœur de la bataille, les bateaux furent pris dans une forte tempête.

Mis à mal par la tempête, le Saint Isidore tentait d’échapper à la flotte anglaise qui lui donnait la chasse et l’avait fortement endommagé. Poussé par les vents du nord-ouest, le San Isidor arriva en vue des côtes corses, entraînant dans son sillage pas moins de cinq bateaux poursuivants. Le 24 février, le navire espagnol se réfugia dans le port d’Ajaccio, au lieu-dit U Marconajo (actuel port Charles Ornano). Deux navires anglais l’avaient suivi devant Ajaccio et le croyant en trop mauvais état pour se défendre, essayèrent de l’aborder. Se trouvant face à une garnison d’hommes prêts à en découdre, les Anglais durent battre en retraite et se retirèrent sans oser l’attaquer, préférant attendre des renforts.

Carte de a bataille d’Ajaccio. – En A, est représenté le San Isidor, vaisseau de 64 canons, à environ 35 toises du rivage (70m), ayant à son bâbord ses trois chaloupes pour faire le débarquement. Les chirugiens et l’aumônier étaient établis dans la grande chaloupe pour y recevoir les blessés. – En B, le commandant anglais William Martin (sur l’Ipswich, vaisseau de 74 canons), à portée de canon du San Isidor. . En C, le 2ème vaisseau de la même grandeur (sans doute le Revenge, vaisseau de 74 canons) amarré sur la même ligne à égale distance. . En D, le 3ème vaisseau de 44 canons remplissant le vide entre les deux premiers, à portée de fusil. . En E, le 4ème vaisseau de 60 canons étant vent arrière par un petit vent qui commençait à venir de la mer, remorqué par trois chaloupes à la portée d’une carabine. . En F, galiotte à rames à portée d’un boucanier. . En G, un canot de commandement d’observation à rames laissé apparemment pour servir d’observateur et empêcher le débarquement lorsqu’on voudrait mettre le feu au vaisseau. . En H, le 5ème vaisseau de ligne où était embarqué Théodore de Neuhoff qui avait assemblé 1500 hommes, tant infanterie que cavalerie sous les ordres de Don Luca d’Ornano pour venir assiéger le vaisseau par la terre et obliger à le remettre aux anglais. Le dit vaisseau de Théodore à une lieue, à l’est de la baie. . En I, Polacre dont on ignore la destination. . En K, écueil hors de l’eau, élevé d’un pied, appelé les canadèle ou lagalère, entre le San Isidor et les Anglais.

Le 2 mars 1743, cinq vaisseaux de la flotte anglaise entraient dans la baie d’Ajaccio et venaient se positionner devant la tour Capitello. Le capitaine De Lage sollicita des autorités génoises de la ville le droit de se défendre contre ses ennemis en débarquant son artillerie. Sans attendre, il tira des boulets contre les bateaux de guerre anglais qui s’ancraient de façon à empêcher toute tentative de sortie du Saint Isidore et en bonne position pour le canonner. Ceux-ci ripostèrent et firent débarquer leurs soldats sur la plage, de part et d’autre de la baie, pour venir encercler le bateau espagnol au mouillage. Le San Isidor, ancré à 35 toises (environ 70m) du bord, était une cible facile, depuis la mer comme du bord.

Carte de la baie d’Ajaccio actuelle à la même échelle que la carte de la bataille.
Publicité

Le commandant de la flotte anglaise envoya au commissaire de la ville d’Ajaccio l’ultimatum suivant : si la ville n’observait pas la neutralité nécessaire, il la bombarderait sans pitié.

Très embarrassé, le commissaire fit la sourde oreille. tâchant de gagner du temps et ne pas prendre parti, il ne répondit ni au capitaine franco-espagnol ni au capitaine anglais, il les laissa régler leurs comptes à coups d’artillerie.

Le combat acharné dura de longues heures. La ville faillit être rayée de la carte. Les Ajacciens assourdis par les bombardements, terrorisés, se mirent à invoquer avec insistance Notre Dame de la Miséricorde devant sa statuette sur la porte de l’église. Ils priaient encore quand la flotte anglaise, cessant le combat, leva les voiles et regagna le large. Le San Isidor avait sombré, sabordé par son équipage qui avait réussi à s’enfuir sur trois chaloupes avant d’être complètement encerclés. Stupéfaits, les Ajacciens rendirent grâce. Puis ils se précipitèrent pour secourir les Espagnols blessés, vaincus, qui avaient préféré sacrifier leur navire plutôt que de se rendre. C’est pourquoi la flotte anglaise s’était retirée, estimant la bataille navale gagnée. Beaucoup de ces marins espagnols, bien soignés et bien accueillis, se fixèrent dans la région d’Ajaccio, y fondèrent foyer et trouvèrent du travail.

Position actuelle du San Isidor par rapport à la carte de la bataille

Par la suite, le 26 octobre 1743, le capitaine De Lage est retourné à Toulon, où il est passé en Conseil de Guerre, pour y examiner sa conduite, et à la fin des procédures il fut constaté qu’il ne portait pas de responsabilité dans la perte de son navire devant la supériorité numérique écrasante de l’ennemi.

Pas facile aujourd’hui de retrouver des vestiges du San Isidor, tellement la configuration du port d’Ajaccio a évolué en presque trois siècles. L’emplacement se trouve approximativement au bout de la jetée du port de plaisance Charles Ornano, dans quelques mètres d’eau, mais certainement envasé. Une prospection facile, à partir du bord, pourrait y être menée, en prenant garde à la navigation…

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.