Chaque jour, une épave : 14 février 1944, le crash du B-17 à Calvi

0
Publicité

Chaque jour, découvrez dans www.plongee-infos.com l’histoire d’une épave, coulée à la même date par le passé, quelque part près des côtes françaises ou ailleurs dans le monde, déjà explorée… ou pas ! Vous retrouverez ainsi quotidiennement un nouveau site, pour vous confectionner une collection passionnante pour vos futures plongées ou simplement pour explorer… l’Histoire!

Le bombardier américain B-17G « Forteresse volante » N°42-31044, nommé « Her Did » commença sa carrière militaire en 1942, il fut utilisé sur de nombreux théâtres d’opérations. Long de 22,5 mètres pour 31,6 mètres d’envergure, ses 18 tonnes étaient soulevées par 4 moteurs de 9 pistons en étoile de 1200 cv chacun, lui donnant une vitesse de 462 km/h pour un rayon d’action de 1600 km. Il était armé de 13 mitrailleuses de 12,7 mm dans des tourelles et transportait 2700 kg de bombes. Il était manœuvré par un équipage de 10 hommes.

Le 14 février 1944, le B-17G “Her Did” attaqua la gare de Vérone en Italie, avec son escadrille, du 97ème Groupe de Bombardiers. Des chasseurs allemands surgirent et commencèrent à attaquer les appareils les plus à l’extérieur de la formation. C’est alors que le Her Did fut pris pour cible et essuya les tirs ennemis meurtriers qui endommagèrent l’appareil. Le radio fut tué, deux tourelles de mitrailleuses furent détruites et leurs mitrailleurs furent tués.

Le pilote Frank Chaplick n’avait plus qu’à rompre le combat avec l’aide des chasseurs alliés et tenter d’échapper au crash. Il comprenait trop bien que son avion était incapable de rentrer à la base avec deux moteurs en feu et un troisième fortement endommagé et sans radio, il devait prendre la meilleure décision pour sauvegarder son équipage ; il prit alors la direction de l’aérodrome de Calvi, qui était le plus proche de sa position. La piste étant trop courte, après une tentative infructueuse, alors qu’il était en train de contourner la ville pour venir se repositionner dans l’axe de la piste, le troisième moteur rendit l’âme. L’avion n’ayant plus assez de puissance pour effectuer un atterrissage qui paraissait déjà bien compliqué, il décida d’amerrir, le plus près possible du rivage pour faciliter les secours. Il cabra l’appareil juste avant de toucher la mer, tout près de la citadelle de Calvi, l’empennage se brisa au moment où il toucha l’eau. L’avion demeura en surface, à quelques centaines de mètres du bord, assez longtemps pour permettre aux sept survivants de l’évacuer à bord d’un radeau de sauvetage avant d’être recueillis et soignés.

Le B-17 repose toujours aujourd’hui par 28m de fond aux pieds des remparts de la citadelle, à la latitude 42° 34’ 25 N et la longitude 08° 45’ 75 E. Cette épave est l’une des plus plongées en Corse et fait partie des sites à ne manquer sous aucun prétexte. On peut plonger avec l’un des clubs installés sur le port tout proche, ou bien directement depuis le bord, plein nord depuis l’angle de la citadelle.

À une certaine période où sévissaient les pillards sous-marins, certaines personnes peu scrupuleuses ont eu l’idée de remonter des parties de l’épave pour en faire des trophées. C’est lors de ces opérations clandestines que quelques pales d’hélices ont été coupées. Le toit du cockpit a été arraché par une ancre. Pour le reste, l’avion apparaît aux plongeurs dans son intégralité dans une eau cristalline ; seul manque l’empennage arrière, l’avion étant cassé à l’arrière des ailes. Celles-ci sont entière et portent encore les moteurs. Aujourd’hui, l’épave est surveillée pour éviter tout pillage. Un plongeur a découvert un portefeuille qui appartenait à l’un des mitrailleurs tués.

Publicité

En 2012, des plongeurs de la marine américaine, affectés à la division de plongée et de sauvetage, effectuèrent des recherches sur l’épave du bombardier B-17 Her Did, dans le cadre d’une mission de récupération sous-marine visant à rapatrier les restes des soldats américains disparus pendant la seconde guerre mondiale. Ils ont pu récupérer les ossements d’un mitrailleur disparu lors du crash. Ce service spécial mène des opérations de recherche et de récupération à l’échelle mondiale afin d’identifier les Américains qui n’ont pas été comptabilisés dans les conflits passés.

Le 11 novembre 2012, Après les cérémonies du 11 Novembre à Calvi, l’ambassadeur des États-Unis d’Amérique, Charles H. Rivkin, a découvert sur les remparts de la citadelle, une plaque érigée en hommage aux soldats morts à bord de l’avion B-17, perdu en mer au large de Calvi le 14 février 1944.

Lien vers vidéo plongée sur le B-17 réalisée par Stephan Le Gallais : (Photographe spécialisé sur la Corse, voir site : www.legallais.net)

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.