Publicité

Par Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD

Pas facile d’arriver à photographier les spécialistes du R.A.I.D, unité d’élite de la Police Nationale dont les techniques et procédés sont gardés secrets pour une plus grande efficacité en intervention. Pourtant Jean de Saint Victor de Saint Blancard a réussi à les approcher et à suivre l’un de leurs entraînements en plongée. Un scoop !

Le R.A.I.D. , unité d’élite de la Police Nationale, comprend un groupe de plongeurs spécialistes, déjà suivi à Cannes par un reporter d’OCTOPUS pendant une opération réelle les 15 & 16 février 2007 à l’occasion du Sommet Franco/Africain. ( cf : « En plongée avec le R.A.I.D » OCTOPUS N°66 Avril/Mai 2007). Cinq années après, le cap est mis à nouveau vers la méditerranée pour suivre un entraînement à la plongée des policiers-plongeurs du R.A.I.D à proximité de «La Gabinière», un des magnifiques sites de plongée du  Parc National de  l’île de Port-Cros. Rappelons que le R.A.I.D est l’acronyme de «Recherche, Assistance, Intervention, Dissuasion», une unité  hautement spécialisée en gestion de crise qui participe sur l’ensemble du territoire national à la lutte contre toutes les formes de terrorisme et de  criminalité organisée. Le RAID a été créé par arrêté du ministre de l’Intérieur le 23 octobre 1985, il est placé sous l’autorité du directeur général de la police nationale.  Il est l’échelon central de la FIPN (Force d’Intervention de la Police Nationale), le chef du RAID en assure le commandement. Créée le 31 juillet 2009, la FIPN est une structure opérationnelle visant à coordonner les actions des unités d’interventions de la Police nationale : le R.A.I.D, les GIPN (Groupes d’Intervention de la Police nationale) et la BRI/BAC (Brigade de Recherche et d’Intervention et Brigade Anti-Criminalité) Dans des situations de crise pour interpeller un individu potentiellement dangereux, auquel il est reproché parfois plusieurs meurtres comme dans une affaire récente à Toulouse, les commentaires abondent sur la méthode pour capturer vivant en limitant autant que possible les risques pour les policiers de se faire tuer ! Peu de lignes pour saluer le courage remarquable d’hommes qui peuvent laisser leurs vies dans le respect de leur engagement  de «Servir sans faillir», devise du R.A.I.D. Une opération de police délicate peut  devenir une opération de guerre en zone urbaine. Ajoutez une nécessité de préserver pour des raisons évidentes de sécurité l’effet de surprise, l’obligation de l’évacuation des riverains, la préparation  parfois de micro charges d’explosif soumis à  usage contrôlé  en milieu urbain, de longues et éprouvantes négociations à  gérer pour tenter d’éviter une confrontation à hauts risques… Un cocktail de crise qui alimente un feuilleton médiatique relayé au XXIème siècle en direct par de multiples canaux modernes et permanents d’informations, en concurrence sur le terrain pour faire parfois de la surenchère pour certains  commentaires parfois sous forme d’un «breaking news», d’une intervention télévisée en live, pardon en… «direct», sans parler du «buzz» sur internet !

Mais partons en mer, loin de l’agitation d’une opération policière, où  le pneumatique des policiers-plongeurs du R.A.I.D a pu s’approcher face au vent et repérer une zone claire et sûre. Le bateau  est arrêté, le mouillage respectueux du milieu marin est vérifié pour sa tenue. Rappelons aux lectrices et lecteurs qu’un orin est conseillé et que si des fragments de l’algue Caulerpe taxifolia sont sur la chaîne ou l’ancre, il convient de les jeter dans une poubelle à bord et surtout pas à la mer pour ne pas alimenter la propagation. Les policiers-plongeurs du R.A.I.D écoutent avec attention le briefing de sécurité plongée avec le rappel des consignes et chaque binôme vérifie une dernière fois  l’équipement avant de  rejoindre la ligne du mouillage. Nous  les accompagnons pour cette plongée d’entraînement dans un cadre exceptionnel protégé où il est possible de s’émerveiller en rencontrant de nombreux Epinephelus marginatus (Mérou brun de Méditerranée) non loin des corolles épanouies de Spirographes… Vertige liquide où il existe une minute où la mer nous dit quelque chose : elle ne le dit jamais ou peut être le dit-elle infiniment et nous ne l’entendons pas, ou nous l’entendons, mais ce quelque chose est intraduisible comme une musique…intérieure.

Les policiers-plongeurs du R.A.I.D, tout en restant très attentifs aux  gestes de sécurité en plongée auront sans doute apprécié  la qualité exceptionnelle des plongées dans ces eaux du Parc national de Port-Cros, plongées organisées dans le strict respect de la Charte partenariale signée à la Capitainerie. Mais revenons sur la formation des policiers-plongeurs du Groupe de plongée du R.A.I.D.  Les policiers-plongeurs sont avant tout des policiers capables de répondre à l’évolution des missions du R.A.I.D depuis 1985 : interpellations de forcenés, opérations de contre terrorisme… Nous n’insisterons pas sur les règles très strictes, pour l’accès au R.A.I.D, notamment en ce qui concerne les tests d’aptitude physique, médicaux et psychotechniques.

Certains policiers de l’unité d’élite d’intervention de la police nationale sur la base du volontariat et des compétences ont pu suivre une formation de plongée pour acquérir non seulement l’autonomie mais une spécialité « aquatique » pour mener à bien différentes missions sur l’eau et sous l’eau… N’oublions pas que le R.A.I.D doit être capable de réactivité pour être présent sur tout le territoire national en peu de temps grâce à une implantation proche de la base aérienne de Villacoublay et donc de moyens aériens mis à disposition pour une opération. Le chef du R.A.I.D est aussi chef du détachement central interministériel pour lutter contre la menace d’acte terroriste NRBC. Le R.A.I.D met également son expérience et ses compétences au service du Détachement Central Interministériel d’Intervention Technique (DCI IT) mis en place le 6 mars 1995 afin de faire face à la menace de terrorisme NRBC (Nucléaire, Radiologique, Biologique et Chimique). Le sens des responsabilités, de l’engagement total  pour des opérations en milieu terrestre ou aquatique se résume dans la fidélité à la devise du R.A.I .D. Il nous semble indécent de commenter cet engagement total pendant le déroulement d’une opération où des vies  sont menacées…

Publicité

Sécurisation de zone à «geler» par rapport à tous risques d’infiltration en particulier lors de grands événements internationaux  comme des sommets de Chefs d’État, rien ne peut être laissé à l’improvisation et tout doit être préparé avec rigueur, minutie en partenariat avec d’autres services spécialisés pour garantir la sécurité optimale d’une zone qui aura été bien entendu inspectée. La recherche de tout dispositif suspect immergé, la neutralisation de cible hostile, la répétition de scenarii d’assaut sur une île, une plage, un navire, la recherche de caches sous-marines, l’entraînement pour intercepter une embarcation, pour intervenir en cas de prise d’otages sur l’eau, l’approche d’un technicien-plongeur du R.A.I.D pour un balisage d’intervention, l’entraînement  au changement de milieu, l’approche de nuit par l’eau en restant opérationnel pour  capter des images exploitables, relever une topographie, valider des renseignements… Ces exemples de missions pour les spécialistes aquatiques du Groupe de plongée du R.A.I.D sont nombreux et justifient pleinement un entraînement régulier en mer ou dans d’autres milieux…  Professionnels, les policiers-plongeurs du R.A.I.D auront pu suivre une formation à l’autonomie confirmée (Niveau 4 de la F.F.E.S.S.M + Initiateur fédéral) une formation «plongeur professionnel» (Classe 2B – G.R.A.S.M  – Groupe de Recherche Archéologique Sous-Marine  à Marseille avec Serge XIMENES) comprenant une formation à la recherche subaquatique, une formation interne au changement de milieu et +… Formations aux techniques subaquatiques, aux visites de coques, cours de pilotage d’embarcations rapides, stage d’assaut maritime, l’important est l’échange d’expériences et de compétences. Le Groupe «Plongée» du R.A.I.D recherche les meilleures formations possibles qui répondent aux attentes de formations complémentaires afin de gérer de manière optimale et de réussir la mission quelles que soient les conditions du milieu… Par ailleurs rappelons que sous l’eau les conditions du milieu  imposent des capacités d’adaptation avec comme qualité la «rusticité» qui n’est pas la moindre des qualités pour vaincre le froid. A partir d’une annonce officielle de X postes ouverts au sein du Groupe «Plongée» du  R.A.I.D sur la base du volontariat, des propositions de candidatures vont être examinées et cela sera un choix personnel après un vote positif sur les points forts d’un dossier d’intégrer ce Groupe «Plongée». L’impétrant  ajoutera à ses qualités humaines d’abnégation, d’esprit d’équipe, de sang-froid, de rusticité, des qualités aquatiques qui deviendront  en deux ans… subaquatiques.

Des exemples de missions ? Les approches discrètes d’une «cible» par un groupe de policiers-plongeurs dont un technicien-plongeur, topographie pour préparer une opération, photographie dans des conditions difficiles, balisage, maîtrise de l’évolution en eau très troublée de type «touille».  Les exercices de sécurité répétés en fosse de plongée, en mer, en rivière, comme les exercices d’assaut maritime, d’hélitreuillage… Cela représente un agenda délicat à gérer pour caler les dates de multiples entraînements sans oublier que répondre dans l’urgence pour partir en mission reste la priorité absolue.

Le R.A.I.D choisit les meilleurs équipements de plongée pour remplir ses missions. Nous ne détaillerons pas l’armement employé par les membres du Groupe «Plongée» mais les spécialistes ne seront pas étonnés si nous citons de manière non exhaustive des marques réputées comme «Glock», «Heckler & Koch», «Beretta», «Mini Uzzi»,«Fusil de précision H&K 417»… Pas besoin d’en rajouter sur l’entraînement au maniement d’armes, au tirs de précision pour faire face à des situations d’exception… En dernier recours !  Souhaitons le meilleur à tous les membres de cette unité d’élite «qui se doit d’accueillir du sang neuf afin de maintenir au plus haut niveau l’investissement de ses cadres». pour  ne citer que  l’ancien Chef du groupe «Négo» au R.A.I.D suite à son interview  publié dans le N° 34 de «Police Pro» – Juillet-août 2012 – (www.policepro-mag.com). Lectrices, lecteurs de Plongée OCTOPUS que ces images partagées dans le magazine des plongeurs experts puissent inciter au respect absolu des hommes du R.A.I.D qui s’entraînent de manière intensive pour répondre de manière permanente aux demandes d’assistance qui émanent des Préfets, des autorités policières, d’autres ministères et administrations…Toujours dans le meilleur esprit de la devise du R.A.I.D :  «Servir sans faillir».

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.