Par Paul Poivert (Photos P. Poivert sauf ouverture et mention contraire)

Le parachute de paliers n’est pas seulement un accessoire de confort, c’est surtout un élément de sécurité important dans l’équipement du plongeur. Comment choisir un bon parachute, que doit-on en attendre ? Ce sont les questions que l’on doit se poser quand on s’équipe d’un parachute. Celui-ci doit répondre à toutes les situations, comme tous les équipements de sécurité. Voici un essai de quatre différents modèles qui vous permettra de faire votre choix.

Le principal critère qui guide actuellement le choix d’un parachute de paliers chez le plongeur moyen, c’est son faible encombrement. Il doit être le plus petit possible et pouvoir se loger dans une poche de gilet stabilisateur, pouvoir être facilement accessible et se déployer sans peine. Autrement dit, il doit se faire oublier tout en étant présent lorsque l’on en a besoin, ne pas encombrer mais remplir son office en fin de plongée…

Le parachute de palier, pas seulement un élément de signalisation, mais aussi un élément de sécurité

Il est clair que si le critère de confort est un élément non négligeable, il est loin d’être le plus important dans le choix d’un bon parachute. Les questions à se poser sont plutôt de cet ordre : Que vais-je faire de mon parachute ? Est-ce seulement un élément de signalisation ou doit-il pouvoir fournir aussi un support ? Est-il visible de loin, par mer agitée, dans le soleil ? Va-t-il me servir uniquement en surface ou bien pourrai-je compter sur lui aussi pendant la remontée ?

Au même titre que le détendeur ou le gilet, le parachute doit être considéré comme un équipement de sécurité à part entière. Il suffit de constater les cas de pertes de plongeurs en mer pour s’en persuader. Qui n’a jamais entendu parler d’une palanquée que le bateau a mis plus d’une heure à retrouver, parce qu’ils sont remontés loin du point de sortie prévu et le pilote ne les voyait pas à cause des vagues ou du soleil ? Sans parler des cas extrêmes, mais malheureusement réels, de plongeurs que l’on n’a jamais retrouvés, comme ce fut le cas il y a quelques années près de l’île de Port-Cros…

Les quatre modèles testés, en version pliée…
… et en version dépliée

Nous avons effectué un test sur différents types de parachutes, afin d’en éprouver les possibilités et l’efficacité, dans toutes les conditions. Le résultat est très clair : il vaut mieux prendre un parachute un peu plus encombrant par sa taille, et pouvoir en obtenir une aide maximale dans toutes les situations !

Cette conclusion paraît évidente, mais quand on voit, sur un bateau de plongée, les parachutes de certains plongeurs, on peut en douter. Nous n’avons pas pris en considération la marque, mais uniquement l’aspect pratique. Nous avons même inclus dans le test un parachute de fabrication artisanale qui nous a paru intéressant dans sa conception.

Le parachute de palier le plus commercialisé, n’est pas forcément le plus sécurisant

Presque tous les fabricants commercialisent différents modèles de ces parachutes. Le but n’est donc pas de favoriser une marque en particulier, mais bien un type de parachute qui soit pratique et réponde le mieux possible à toutes les situations, y compris le confort.

Quatre modèles principaux sont présentés, avec leurs caractéristiques et la notation de 1* à 4*.

Le modèle “saussice courte”

Notre jugement : *

Modèle “saucisse courte”

L’un des premiers à avoir été commercialisés, il est actuellement pratiquement disparu au profit de son homologue de grande longueur. Sa disparition n’est pas une perte car c’est le moins fonctionnel. De petites dimensions, il est certes peu encombrant, mais il ne peut pas servir de point d’appui pour un plongeur et si une palanquée s’y accroche, il risque tout bonnement de couler sous le poids…

Peu visible en mer peu agitée…

On est obligé de le gonfler non loin de la surface et de maintenir le fil toujours tendu car en surface, il risque de se renverser avec les vagues et de se dégonfler par son ouverture béante.

… Presque invisible à contre-jour

Côté visibilité, ce n’est pas non plus l’idéal : s’il est visible à courte distance par mer calme, ça se gâte sérieusement dès que la mer commence à être agitée et si le plongeur sort loin du bateau. Quand le plongeur se trouve dans le soleil par rapport au bateau, il devient carrément invisible. Ce genre d’accessoire présente donc une utilité très relative et offre des conditions de sécurité nettement insuffisantes. Il peut tout au plus être utilisé en appoint, par exemple pour signaliser une zone d’exercice sur un site calme (crique), ou bien pour l’apprentissage. A déconseiller formellement par gros temps.

Le modèle “saussice longue”(le plus courant)

Notre jugement : **

Modèle “saucisse longue”

C’est le modèle que vous trouverez dans toutes les boutiques. Très pratique car très peu encombrant, il se roule et tient facilement dans une poche de gilet stabilisateur. L’extrémité ouverte est lestée, de sorte qu’il ne se retourne pas en surface et évite ainsi de se dégonfler intempestivement. De grande longueur (1,30 à 1,40m en moyenne), il apparaît plus nettement à la surface que le précédent et est relativement bien visible à distance moyenne par beau temps ou par mer faiblement agitée.

Souvent rabattu vers la surface lorsqu’il y a du vent, il perd alors de sa visibilité

Par contre, par mer plus agitée ou par vent fort, la saussice a tendance à se rabattre sur la surface de l’eau et perd donc en visibilité. Si le plongeur remonte dans le soleil par rapport au bateau, la visibilité est fortement remise en question.

Difficilement visible à contre-jour

Côté confort, il peut être gonflé à une profondeur importante, mais attention au fil qui est fourni avec le parachute : il a tendance à s’emmêler et de nombreux plongeurs pourront vous raconter leurs mésaventures lors du déploiement de leur parachute… Installez plutôt un moulinet.

De faible volume, il n’offre pas de point d’appui suffisant pour un plongeur en difficulté ou une palanquée un peu lourde.

Le modèle “gros volume”

Notre jugement : ***

Modèle “gros volume” artisanal

Le modèle présenté ici a été fabriqué à partir d’un sac à voiles en toile caoutchoutée étanche, de couleur orange, dont l’ouverture a été fixée sur un morceau de tube de PVC de 12cm de diamètre, autour duquel on enroule le fil. Le parachute replié tient aisément dans le volume offert par le tube de PVC (voir photo). Il peut être aisément accroché à l’aide d’un mousqueton, à portée de main sur un harnais ou une ceinture. Il a été mis au point par les plongeurs des services de secours, à une époque ou cet accessoire n’était pas encore commercialisé au grand public.

Déployé, ce parachute offre un grand volume, aussi visible que les bouées de baignade qui limitent la zone des 300m devant les plages !

Son volume le rend aussi visible que les bouées de navigation

Le poids du tube de PVC, augmenté du mousqueton ou d’un petit poids additionnel, permet de le maintenir en position verticale sans effort. Il peut être gonflé à grande profondeur (une faible insufflation suffit alors, l’augmentation du volume dû à la loi de Mariotte faisant le reste à la remontée). Le diamètre du tube PVC permet un gonflage très aisé. Il peut supporter aisément le poids de toute une palanquée sur-lestée, et même remonter l’ancre du bateau en prime !

Même à contre-jour, il reste très visible

Côté visibilité, les images ci-contre parlent d’elles-mêmes. Très visible en surface quelles que soient les conditions météo et la distance, il ne s’enfonce pas sous la surface même par fortes vagues et offre un point d’appui stable. Si le plongeur émerge dans le soleil par rapport au bateau, l’important volume reste visible même de loin. Les plongeurs professionnels qui l’utilisent n’ont jamais eu à souffrir d’un problème de repérage, malgré une utilisation dans des conditions extrêmes. Le fil est un cordon de nylon de fort diamètre, difficile à emmêler. Le poids du mousqueton aide à son déroulement lors du gonflage. Un moulinet peut être utilisé avantageusement.

Le modèle “très grande capacité à clapet”

Notre jugement : ****

Modèle “grande capacité à clapet”, souvent utilisé en plongée Tek avec un moulinet pour être lancé depuis le fond et servir de point d’appui pendant la remontée

Le must dans le genre. C’est en fait une saussice de très grand volume, d’une longueur d’environ 1,50m. L’ouverture est équipée d’un système de non-retour, empêchant le parachute de se vider. Il est en outre équipé d’une valve de surpression pour éliminer le gaz en excès lors de la remontée, ainsi que d’un clapet manuel pour une vidange aisée lors du retour au bateau.

Son grand volume permet d’offrir un support sans faille, même pour un poids important. Son volume fermé permet aussi de s’en servir de bouée en surface. Le plongeur peut même monter dessus !

Très visible par tous temps, il reste gonflé grâce à son clapet et peut servir d’appui en surface

Sa grande hauteur ainsi que son grand volume permettent de le repérer de très loin, même dans le soleil ou par mer forte. Equipé d’un pavillon de plongée à son extrémité, il ne laisse aucune équivoque sur la présence d’un plongeur en pleine eau.

Même à contre-jour, il reste parfaitement visible grâce à sa hauteur et son volume

Très utilisé par les plongeurs Tek, il peut être déployé directement à partir du fond, à l’aide d’un moulinet (sur le cliché, un moulinet de 50m). Le plongeur est alors en position très stable pour le gonfler. Une petite injection de gaz suffit, le volume augmentant lors de la remontée. Pas de risque donc d’être tiré vers la surface. Une fois le parachute en surface, il suffit de remonter en rembobinant le moulinet. Le plongeur bénéficie alors d’un point d’appui permanent tout au long de sa remontée. Un peu plus encombrant que les autres, il peut être fixé sur un harnais ou directement contre la bouteille, à l’aide d’élastiques. Le meilleur accessoire de sécurité !

3 trucs pour les bricoleurs

Quel que soit le parachute que vous utilisez, il peut être très utile de le personnaliser, de telle façon que le pilote du bateau soit en mesure de reconnaître les palanquées au palier grâce à leur parachute. Imaginez (c’est souvent le cas), plusieurs palanquées utilisant exactement le même parachute… Qui est qui ?

Une bande pour inscrire des consignes est un plus…

2 – Pour personnaliser votre parachute, vous pouvez équiper son extrémité haute (celle qui sera hors de l’eau une fois gonflé) d’une feuille de PVC souple blanche ou bien d’une ardoise, sur laquelle vous pourrez noter (à l’aide d’un bâtonnet de couleur gras, genre pastel) des indications sur votre décompression (durée) ou sur un problème éventuel. Très utile pour la sécurité surface!

2 – Nous avons présenté plus haut le parachute artisanal. Très facile de fabrication, il est aussi très résistant. Le sac doit être parfaitement étanche et de couleur vive (orange ou jaune. Ne pas prendre un sac en toile nylon, mais plutôt en toile caoutchoutée. Le tube en PVC a un diamètre de 12cm et une hauteur de 10cm. on le perce à 4 endroits pour passer le cordon de fixation et on assure le maintien par de l’adhésif. On peut le personnaliser en marquant son nom sur la toile à l’aide d’un feutre indélébile.

L’utilisation d’un moulinet permet de mieux gérer le lancement du parachute – Photo Y. Chocoloff

3 – Tous les parachutes sont livrés avec un cordon que l’on doit enrouler. C’est la source de bien des ennuis lors de la manœuvre de déploiement. Souvent, le fil s’emmêle et le plongeur se voit entraîné vers la surface. Enroulez-toujours soigneusement le fil, lestez-le à l’aide d’un petit plomb son extrémité, de façon à éviter qu’il flotte autour de vous lors du déploiement, risquant alors de s’accrocher sur une partie de votre équipement et de vous entraîner vers la surface au gonflage. Moyennant quelques instants d’apprentissage, vous n’aurez plus de problème de déploiement. La meilleure solution consiste à utiliser un moulinet (avec un petit apprentissage, bien sûr…).

Après un tel essai comparatif, il vous reste à choisir le parachute qui vous conviendra le mieux, en fonction de vos critères personnels…

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.