Publicité

Texte et photos Henri Eskenazi

Etonnante cette impression de retrouver une certaine sérénité à peine arrivé en Thaïlande… vol sur Phuket, fascinant d’intérêt, avec ces multiples verts posés près l‘océan comme autant de joyaux sur l’infini… plages blanchies par le soleil, qui ponctuent le décor enchanteur où l’horizon se dessine tel un trait parfait sur une feuille vierge. Puis les regards, les sourires, les odeurs… scènes de vie jusqu’à notre embarquement.

Lorsqu’il fait froid en Europe, tout invite à chercher la chaleur ailleurs… Chaleur des paysages plus chaleur des gens : un cocktail revigorant !

A peine monté à bord de Bunmee, j’ai envie de tout capter mais je me sens encore trop passif devant tant de belles images. Il est si bon de se laisser porter par le flot des couleurs vives. Bientôt l’immensité du départ, la magie de la croisière, les secrets des fonds sous-marins et le luxe de la liberté qui s’offre à moi : une pure et belle idée du bonheur.

Ce bateau représente la version originale de la croisière. Lignes sobres et authentiques. Des ponts étroits mais suffisants. Une proue typique tendue vers le départ et des marins prêts à nous satisfaire. Nul besoin de connaître les rudiments de la navigation pour embarquer car on ne participe pas aux manœuvres. L’équipage thaïlandais, disponible et sympathique, est là pour les assurer. Presqu’en privé, on navigue en petit comité, entre vrais amoureux de la plongée.

Voyager en mer, c’est un peu comme partir sur les traces des grands explorateurs. C’est prendre son temps, aller à son rythme, découvrir des paysages fabuleux et des civilisations riches de leurs coutumes et de leur authenticité. Sur Bunmee, rien ne presse, tout se goûte avec plaisir et émotion pour écrire son propre récit de voyage. Lentement. Chaque jour qui passe, seul ou en petit nombre, sur le pont, je côtoie le beau et le bon qui s’offre à moi, je courtise le désir. Forts de mes diverses expériences partagées, j’échange et partage les couleurs de la mer, les silences souvent, les émotions toujours. Les cheveux au vent.

Publicité

Sans douter un instant de ma chance d’être ici, je lâche prise et goûte l’instant, intensément, presqu’inoubliable… Au delà du simple regard qui fait défiler le paysage, cette croisière interpelle tous mes sens car elle est un concentré de bien-être. En observant ces îles autour de moi, je m’explique le premier élan vers la vie, le découragement quelquefois mais souvent le courage et la ténacité de la nature qui persiste à demeurer vivante, malgré tout.

A l’instar d’une tribu, les plongeurs partagent un sentiment presque mystique: ils planent comme en apesanteur, ivres de bulles et entourés d’eau, flottant dans un univers en 3D au-dessus des merveilles des fonds sous-marins. Vu comme cela, la plongée devient une philosophie de vie, accessible à tous. C’est comme quitter le monde réel pour atteindre le monde des rêves. La croisière est le voyage par excellence, car elle atteint directement mon esprit et mon cœur de voyageur par le sentiment de zenitude qu’elle procure. Telle une parenthèse dans la vie, elle symbolise la découverte des paysages et des hommes à la fois, avec l’horizon devant soi. Infiniment loin. Là où ne va plus le regard…

Ainsi, je peux être ce que je veux, un perpétuel découvreur où la nature demeure mon terrain de jeu. Quel que soit l’angle où je porte mon regard, je cherche toujours à ressentir la magie qui s’opère. Millions de pixels derrière mon appareil photo, millions de souvenirs derrière mes rétines.

L’une des plus anciennes questions que se pose l’homme sur ses origines, se trouve dans l’eau des océans. Existe-t-il une seule mère originelle et universelle ou plusieurs mers emboîtées ? Y a-t-il une analogie entre les marées et le temps qui coule ? Où seront les îles dans des milliers d’années ? L’eau est-elle limitée et quels doivent être nos rapports avec elle ? Autant de questions qui ont traversé le XXème siècle avec autant de réponses qui changent radicalement la perception de notre influence sur la structure même des océans et par conséquent, sur le devenir de notre existence…

La quête de la nature ultime

Il nous reste beaucoup de progrès à faire dans cette quête de la nature ultime. Mille possibilités de plonger. Il y a mille lieux sur la planète océan. Une question essentielle: Quel endroit choisir ? L’océan Indien ! La Thaïlande ! Pourquoi ?

Tout le monde connaît la force hypnotique des couleurs changeantes : de la flamme ondoyante d’un feu dans la cheminée, aux images dansant sur l’ordinateur, des projecteurs clignotants d’une discothèque, aux feux d’artifice, de l’écume qui lèche le sable d’une plage vierge à l’invitation presque irrésistible à la méditation que constitue un coucher de soleil à la proue de Bunmee. En quelques minutes, mes sens sont apaisés, ma respiration régulée. Totalement détendu, j’augmente naturellement ma réceptivité à percevoir le beau. J’hume les embruns délicieusement iodés pour me ressourcer le corps et l’esprit. Cocooner mon cerveau afin de renaître au monde. Me retrouver.

Ceux dont la contemplation du monde est orientée avant tout sur les impressions visuelles trouveront autour de ces île magiques matière à réflexion, fondée autant sur la variété des couleurs que sur l’esthétisme de leurs formes, vues du ciel ou au raz de la surface, tels des dessins parfaits ou des cartes postales de rêve, avec leur quelques arbres qui se dessinent sur l’horizon posé sur l’eau lisse et sereine. De tout temps, les hommes ont été sensibles au charme insulaire. Qui n’a pas, au moins une fois dans sa vie, rêvé d’une île lointaine, perdue et incertaine, véritables planètes chatoyantes de l’univers océanique. Comme les étoiles du ciel.

Il est des contrées rares qui concentrent, à elles seules, tous les ingrédients du bonheur. Les îles font partie de celles-ci sans aucune fausse note et, c’est en croisière que ces critères paradisiaques s’exacerbent, enfin de combler les envies des plus exigeants avec des réflexes extatiques liés aux mots : reflets bleus, plages esseulées, coraux multicolores, poissons innombrables…

Tel le peintre surréaliste, j’aimerais quelquefois pouvoir soulever la peau de l’eau pour regarder dormir la mer… Enfin apaisée. Redécouvrir les trésors de la nature et explorer de nouvelles sensations en me lovant dans l’univers sous-marin. Me laisser initier par la nature. Mieux comprendre le monde et partager mes émotions. Me délecter du silence dans cet univers où le bruit ne gêne plus grand monde. Sommes nous nombreux a vouloir devenir poisson ou oiseau pour parcourir les espaces infinis en toute liberté ?

Après toute une journée passée sur ou dans l’eau, la tête me tourne encore de tout ce bleu où je retourne insensiblement mais toujours, vers ma vérité intime pour être bien, presque envoûté. Molécule naturelle ou habitant d’un ailleurs qui me possède. Avec quelques détails simples, je semble frôler l’infini. Quelquefois, le ciel et l’eau se dessinent dans ma tête avec l’envie de m’y perdre. Mais il y a la photographie qui redessine la vérité, qui raconte une histoire, celle vue par le photographe. Celle-là même qui offre un moyen idéal d’information aux autres, aux non voyeurs.

A bord de Bunmee, je suis donc revenu explorer cet univers sous-marin au nord et au sud de Phuket, redécouvrir les meilleurs spots de plongée de cette région magique de l’océan Indien. Les différentes escales aux noms évocateurs me permettent de plonger au cœur de zones encore peu explorées, abritant une faune et une flore extraordinaires. Au hasard de mes plongées dérivantes, de mes descentes le long des tombants ou encore lors de mes explorations, je découvre toujours une grande variété de coraux, de nombreux poissons aux couleurs vives et de surprenantes espèces pélagiques : requins, raies, napoléons, tortues, barracudas…

Le tout, en partage avec les autres

J’aime la plongée, j’aime la photo, j’aime le voyage et j’aime la Thaïlande. J’adore être ici !

Durant cette croisière, le mot d’ordre est le bien-être : mélange d’ambiances, expression du subjectif mêlé de poésie. Chacun puise dans le pêle-mêle des activités ludiques ce qui lui convient pour nourrir son voyage d’émotions esthétiques.

Les océans représentent le milieu où chaque organisme, aussi petit soit-il, est à l’origine de la vie originelle rencontrée sur la terre. Par leur immensité, ils nous apportent la part de rêve dont l’homme a tant besoin. Pourtant je n’oublie pas que même les sirènes qui jouent au gré des courants n’atteignent jamais les rivages. Le rêve oui, mais pas à tout prix car la vie reste belle. Il faut savoir garder son sens solide de l’essentiel et la conscience aiguë de la précarité du bonheur. Alors, je veux profiter encore longtemps et me remplir les yeux de toutes ces belles choses que je découvre au fil des ans qui s’égrainent inexorablement. Jouir de l’instant, profiter de l’éclair de plaisir, apprécier la fulgurance d’une sensation et la conserver, au fond de soi, pour plus tard : comme l’écureuil qui stocke ses noisettes pour l’hiver. Plus tard étant l’hiver de sa propre vie…

Ainsi un jour viendra quand, entre deux rêves et au coin du feu dans mon cabanon, j’essayerai de conter avec acuité, poésie et sensibilité, le sentiment océanique. Avec le bonheur du partage, la joie de faire découvrir et le plaisir de rendre heureux par les mots. Et la mesure de la vérité.

Vous voulez rêver aussi ? Alors, voguez sur les flots, plongez dans le secret des grands océans, choisissez votre vie comme vous la ressentez… Et aimez la !

« Les îles sont toutes séparées mais la mer les réunit. » – Lao Tseu –

ANDAMAN SCUBA

Site web : www.andamanscuba.com

 

2 COMMENTAIRES

  1. Très bel article. J’ai moi même fait une croisière avec Andaman Scuba et j’ai beaucoup apprécié! C’est un excellent souvenir qui a contribué à me donner envie de continuer la plongée…

LAISSER UNE RÉPONSE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Veuillez entrer votre nom ici


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.